Arts
Les Carrières de Lumières des Baux de Provence revêtent les couleurs de Monet, Renoir ou encore Chagall – un véritable voyage sensoriel

Les Carrières de Lumières des Baux de Provence revêtent les couleurs de Monet, Renoir ou encore Chagall – un véritable voyage sensoriel

05 mars 2013 | PAR Smaranda Olcese

Lieu unique au charme somptueux et chargé de mystère, les Carrières de Lumières accueillent un nouveau spectacle multimédia qui entraine les visiteurs dans un voyage au cœur de la modernité picturale. L’impressionnisme, le pointillisme, le fauvisme y sont conviés à travers les images de leurs représentants illustres, Monet, Renoir ou encore Chagall, dans une symphonie de couleurs autour de la thématique de la Méditerranée.

 

La petite route sinueuse du Val d’Enfer nous conduit au cœur des Alpilles, au pied de la cité des Baux de Provence, dans un vallon au paysage géologique tortueux. De surprenantes ouvertures vers les entrailles creusées de la colline apparaissent au détour d’une serpentine. C’est ici que Dante avait imaginé le décor de la Divine Comédie. C’est ici également que, quelques siècles plus tard Cocteau a réalisé Le Testament d’Orphée.

Après la réouverture des Carrières sous l’impulsion de Cultuespaces et le succès d’un premier spectacle multimédia dédié à Gauguin et Van Gogh en 2012,  l’immersion dans l’histoire de l’art se poursuit cette année avec un choix de 16 peintres qui emportent les visiteurs d’un courant pictural à un autre dans un voyage en Méditerranée. Les réalisateurs Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto, Massimiliano Siccardi imaginent un parcours sensoriel qui fait pénétrer sous terre, dans les somptueuses galeries des Carrières les odeurs, le souffle, la rumeur de la mer, pour une création vibrante, résolument solaire. Le récit se tisse au gré d’associations et de dissociations, sur un principe proche de l’orchestration musicale — des milliers d’images décomposées et recomposées se mettent en mouvement —, aménage une généreuse liberté de perception et d’interprétation, intègre enfin les déplacements des spectateurs. L’œil s’habitue à l’obscurité et découvre l’immensité des espaces qui commencent déjà à s’animer : des toiles de Joseph Vernet (1714 – 1789), peintre attentif de Marseille, nous apparaissent comme accrochées à des gigantesques cimaises. Très vite la mer déborde les cadres d’époque à l’ornementation lourde et se déverse sur les parois, déchainant le tumulte des images.

Ce prologue dramatique ouvre un parcours en 7 séquences qui nous emporte dans une traversée de la peinture de la deuxième moitié du 19ème siècle à travers le prisme des lumières et des couleurs du Sud. Des moyens techniques exceptionnels sont mis en œuvre pour parachever cette expérience immersive. 100 vidéoprojecteurs sont programmés pour mettre en mouvement les images en haute résolution sur plus de 7000 m2. Le visiteur plonge dans l’univers des impressionnistes. Des Nymphéas de Monet imposent leur respiration douce, aquatique, avant que les parois, allant jusqu’à 14m de hauteur, ne soient gagnées par les touches pointillistes, joyeuses et denses d’un Signac ou d’un Cross, tel cet horizon trouble où le ciel fond dans la mer. Bientôt les couleurs fauves de Camoin, Derain, Vlaminck, Friesz, Manguin, Marquet, Valtat explosent sur les murs, dans une synesthésie musicale. Les formes voluptueuses de Matisse se mettent à danser. Les amoureux de Chagall s’envolent dans des nappes de ce bleu intense, si particulier, qui semblent imprégner la pierre douce et poreuse des Carrières.

Gageons que ce spectacle placé sous le label Marseille-Provence 2013, saura transmettre aux visiteurs l’amour de la peinture. A partir du 8 mars prochain, ce lieu grandiose serra animé par une atmosphère magique. Il ne serait pas étonnant d’y croiser des couples esquissant quelques pas de danse ou des enfants jouant avec les images projetées au sol, laissez vous emporter par les douces vagues des couleurs et des sons !

visuels © Culturespaces

In the flesh : Une nouvelle série sur les zombies
Love Song, le premier extrait très Biolay du nouvel album de Vanessa Paradis à l’écoute
Smaranda Olcese

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture