Arts
Les 3 expos à voir à l’abri de la foule à Paris au mois d’août

Les 3 expos à voir à l’abri de la foule à Paris au mois d’août

28 juillet 2012 | PAR Yaël Hirsch

Paris, mois d’Août, l’activité se calme, y compris dans le domaine de la culture et la ville semble s’endormir un peu. Pour ceux et celles qui restent dans la capitale et sont fans d’art, c’est aussi la possibilité d’aller voir certaines expositions tranquillement, sans faire la queue et en voyant les œuvres. Voici un petit guide, testé et approuvé au mois de juillet.

Un véritable luxe que de voir des chefs d’œuvre sans être pressés par des hordes d’amateurs d’art! Mais cette recette de bien-être a deux ingrédients principaux
1) Que l’expo soit excellente et demeure ouverte au mois d’août
2) Que les touristes ne sachent pas (ou peu) que de tels trésors sont accessibles

Donc si l’objectif est la tranquillité on évite Richter au Centre Pompidou, Vasconselos, car Versailles reste un des lieux les plus touristiques de l’hexagone et l’entrée du Louvre. A la limite, l’on peut tenter de se faufiler au 5ème étage d’Orsay pour la passionnante exposition « Misia« . Ou au Centre Pompidou pour un bain d’architecture avec « La Tendenza« .

En revanche la collection du strasbourgeois Jonas Netter avec ses Modigliani, des Soutine, ses Kikoine, et même ses Cezanne est un petit bijou. Et la nouvelle aile de la Pinacothèque n’est pas encore connue par le loup blanc. Si bien que l’entrée est plutôt fluide et que le mois d’août est une occasion inespérée de voir ces trésors de la peinture française.
La Pinacothèque, 8 rue Vignon, Paris 9e, m° madeleine, tous les jours de 10h30 à 18h30. Nocturnes mercredi et vendredi jusqu’à 21h. 10 euros (TR 8 euros). Jusqu’au 9 septembre. Voir notre article.

Nichée dans le Marais, la Maison Européenne de la Photographie adjoint deux hôtels particuliers qu’elle fait déborder de photos. En ce moment, ne ratez pas Charlotte Rampling en icone des plus grands objectifs (voir notre critique), ni le travail de la troublante femme d’Helmut Newton, Alice Springs.
Maison Européenne de la Photographie, 5/7 rue de Fourcy 75004 Paris, Métro Pont-Marie ou Saint-Paul, fermé les lundis et mardis.7 euros (TR 5 euros). Jusqu’au 26 août.

Non seulement la formidable Maison Rouge est bien cachée entre la Place de la Bastille et la Seine, mais ses expositions ont toujours un propos, qui dépasse de loin les juxtapositions de « belles toiles » auxquelles les commissaires des plus grands évènements nous ont habitués. Cet été, ce lieu éminemment agréable met en lumière un peintre suisse trop peu connu : Louis Soutter. Violoniste, cousin de Le Corbusier, l’artiste a été placé en maison par sa famille à à peine plus de 50 ans parce qu’il dépensait trop vite leur patrimoine. Ils ‘est alors mis à dessiner et peindre avec ferveur de grandes fresques primitives et de petits dessins précis qui oscillent entre expressionnisme et art brut. Bluffant!
Maison Rouge, Fondation Anntoine de Galbert, 10 bd de la bastille Paris 12e, m° bastille, mer-dim 11h-19h, nocturne jeudi jusqu’à 21h, 7 euros (TR 5 euros). Jusqu’au 23 septembre.

3 expos, 3 idées à mettre en œuvre dans le Paris estival et apaisé…

La bouche cousue de Petr Pavlensky en soutien aux Pussy Riot
Invulnérable : Iris Wong plonge dans la psychologie d’une dame de fer
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *