Arts
La jeune création débarque au 104

La jeune création débarque au 104

04 novembre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Depuis 60 ans, Jeune Création est l’une des principales manifestations françaises consacrée à la découverte de nouveaux talents issus des arts plastiques. Chaque année, plusieurs dizaines d’artistes émergents venus de France et de l’étranger y présentent leurs travaux à un vaste public d’amateurs et de professionnels. L’exposition se déroulera au 104, du 6 au 13 novembre.

L’association Jeune Création rassemble des artistes qui sélectionnent d’autres artistes en vue de l’exposition annuelle. Grâce à ces différents regards de plasticiens et à un renouvellement d’équipe régulier, cette grande plateforme d’art contemporain bénéficie d’un souffle nouveau à chaque édition. Le but est de permettre au public de faire des découvertes mais aussi d’aider les jeunes artistes sélectionnés à être reconnus sur le marché.

Pour Antoine Miserey, président de l’association, « Jeune création » est rebelle. Pensé en dehors des circuits habituels, présenté en décalage avec la FIAC, l’évènement se targue d’une organisation totalement bénévole. Du point du vue politique, les membres du bureau sont renouvelés : les artistes exposants peuvent postuler et ainsi choisir à leur tour les créateurs qui exposeront. La reconnaissance internationale aidant, 1500 dossiers ont été soigneusement examinés par les 13 membres de la commission. Seuls 60 auront résisté.

Quelques jours avant l’ouverture, Toutelaculture a eu accès à la mise en place du salon. Les artistes en pleine effervescence commençaient à installer leurs travaux, l’occasion de desceller deux coups de cœur au milieu du chantier.

Dans un recoin, un grand monsieur met en place des objets minuscules. Ce sont des  » Sculptures de fond de poche». Benoit Pype fouille ses vestes et pantalons à la recherche de fils qu’il met en forme avant de les poser sur un promontoire de quelques millimètres. Jouant sur l’alternance de l’immense et du minuscule il propose des photos grand format de ces miniatures. Cela intervient dans le cadre d’un travail sur les micro-architectures. En ligne, il présente un « socle pour goutte d’eau »…. émotion garantie.

L’ambiance est autre quand on entre dans l’univers d’Aurore Renaudeau. Elle jauge son mur marron sur lequel elle installe des photos d’une vielle dame dans une chambre restée bloquée en 1974. Devant nous, la dite chambre, chaise au dossier en fourrure, porte manteau, moquette orange qui gratte. A y regarder de plus près, la grand-mère n’a pas l’air gâteau. Un homme est sur les photos et sur le porte manteau pendent … des matraques ! Drôle d’ambiance !

Autour de l’exposition, différentes initiatives pédagogiques ont été mises en place, comme ce cycle de conférences sur le thème « Art et Création Durable », coordonné par Christian Globensky, plasticien et professeur à l’Ecole d’Art de Metz Métropole.

Visuel : Marion Brusley
Sans titre, 2010
Fils de cordage, 250 m.
Coll. Marie Johanna Cornut
© l’artiste

Le développement durable s’expose sur le parvis de l’Hôtel de ville
Rain Dogs Revisited salle Pleyel le 22 novembre
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “La jeune création débarque au 104”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *