Arts

Joseph Belhassen à la galerie Bertin-Toublanc : Vision engagée d’un artiste

26 janvier 2009 | PAR Geoffroy

BelhassenAu 35 rue Matignon, se niche à l’angle de la rue, la galerie d’art « Bertin-Toublanc ». Comme portier : un squelette portant un masque à gaz. Il nous accueille avec bienséance dans cette galerie du 8e arrondissement. Elle accueille du 22 janvier au 29 mars 2009, l’exposition « Graphic Art of Cut Out Letters » de Joseph Belhassen.

« I am a legend » scande un Mickey Mouse grandeur nature, tout de rose vêtu. « Mickey » est la première œuvre qui attire le regard du visiteur à son entrée. Une évidence nous saute aux yeux : il représente la société américaine, « The american way of life ».

La particularité de l’artiste de l’exposition ? Vous l’aurez deviné, c’est la clarté de son message qu’il fait passer par ses sculptures. « Actuellement, je m’inspire de l’exaspération générale et de l’abus de la société. Je me concentre aussi sur l’influence des médias ainsi que de la surmédiatisation qui créée des climats de peur » explique cet artiste plasticien. Né en 1966 et vivant depuis l’âge de 10 ans à Paris, Joseph Belhassen à la volonté de faire passer un message fort sur les événements du monde qui l’entoure, avec des matières solides comme le plexiglas et en utilisant des couleurs douces. « L’œuvre « ASK AN» montre qu’avec tous nos problèmes (terrorisme, guerres…) nous n’avons pas vu venir la crise financière. Nous avons dépensé trop d’énergie dans la lutte contre le terrorisme, cette œuvre résume cette situation, elle fixe dans le temps et l’espace cet événement » indique-t-il devant cette table basse en plexiglas rouge indiquant sur le plateau : « Ask an advice to your enemy and do the oposite ».

Ask An Joseph Belhassen

ASK AN –Aluminium, Résine, Plexiglas –140 x 140 x 45 – 2008 – Joseph Belhassen

« Le plexiglas, la résine comme les miroirs ou le plastique ont pour moi une réelle attirance esthétique. Ils donnent plus de clarté au message que je souhaite faire passer » précise-t-il sur le choix de ses matériaux. Il n’utilise pas de bois, il juge que « l’on a déjà fait assez mal aux arbres » et celui n’a pas « l’élégance du statisme que peut avoir le plexiglas », par exemple. C’est un artiste de plus écologique, car la plupart de ses œuvres sont en matériaux recyclés.

Les thèmes abordés par l’artiste vont des conflits israélo-palestiniens avec l’œuvre à la paix dans le monde en passant par l’évolution de l’homme. Toutes ses œuvres utilisent les mots pour faire passer un message, très peu utilisent la forme comme moyen de communication. Pourquoi ce choix ? « Il y a un moment où la forme n’a plus de sens et n’éclaircit plus le message. Il y a tellement de formes différentes dans notre société, on perd ses repères. Les mots c’est pour moi une satisfaction élémentaire qui plaît à tout le monde. C’est comme l’expression d’un enfant quand il revient avec les premiers mots écrits dans son cahier », répond-il. Et lorsqu’il abandonne les mots pour ne faire passer son message que dans la forme, le visiteur se retrouve perdu, comme si l’œuvre n’en disait pas assez.

The Force of Logic Joseph Belhassen

THE FORCE OF LOGIC –Aluminium Brossé, Plexiglas –140 x 140 x 25 – 2008 – Joseph Belhassen

Après quelques marches, le visiteur fait une rencontre intéressante dans l’escalier. « Love Baby Rose », l’œuvre préférée de Joseph Belhassen raconte une partie intime de sa vie. « Elle représente la synergie que représente un bébé dans la vie, en particulier la mienne, avec des couleurs douces et elle rappelle au visiteur qu’il y a toujours un bébé en nous » explique-t-il.

Love Baby Rose Joseph Belhassen

I LOVE BABY ROSE –Aluminium, Résine, Plexiglas –100x100x35 -125x125x35 –150x150x35 – 2007 – Joseph Belhassen

Au sous-sol, le visiteur sera intrigué par d’autres sculptures tout aussi claires et limpides dans leur message. Les fans d’une célèbre vache au sourire ravageur seront servis avec l’œuvre « La Vache ! », qui met en scène plusieurs faces de la mascotte de la marque de fromage. Joseph Belhassen est un sculpteur engagé qui trouve son inspiration dans son environnement et qui transforme les images d’autres artistes pour faire passer un message, important à ses yeux.

La Vache Joseph Belhassen

LA VACHE!–Plexiglas, Résine –150 x 150 x 25 -150 x 150 x 35 – 2008 – Joseph Belhassen

« Graphic Art of Cut Out Letters » de Joseph Belhassen à la galerie d’art « Bertin-Toublanc » est une exposition qui en surprendra plus d’un par sa simplicité et l’engagement de l’artiste. Claire et riche cette exposition nous donne une vision objective de notre société, tout en régalant les yeux d’œuvres originales. Les réticents à l’art contemporain trouveront dans cette exposition un art en dehors des sentiers battus du contemporain classique. À ne pas manquer.

Jusqu’au 29 mars, 35 av Matignon, Paris 8e, lun-sam 11h-19h

Ode à l’érotisme au Louvre ce soir
Walkyrie, de Bryan Singer
Geoffroy

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *