Arts

Jacques Villeglé s’expose à Marseille

Jacques Villeglé s’expose à Marseille

12 août 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le lacéreur des rues, faisant des restes de publicités des toiles magnifiques témoins d’époques avait créé l’évènement en 2008 avec l’exposition La comédie urbaine à Beaubourg. Cet été c’est sous les cigales que nous retrouvons ses collages, au MAC de Marseille. Si vous êtes en Provence, n’hésitez pas.

Et oui, il y a un musée d’art contemporain à Marseille, bien caché,il faut l’avouer. Il se situe boulevard de Haifa non loin du « pouce » ou du « César » comme on dit « ici ». L’exposition est une rétrospective permettant de revoir les tubes de l’artiste comme de découvrir des oeuvres oubliées.

Il a beau dire, à force de récupérer et d’entasser les affiches « Le Lacéré anonyme » crée un mythe de la ville, Un mythe dans la ville (son film présenté dans l’exposition) ; à force d’être confronté aux messages de nos murs, aux slogans des campagnes publicitaires, politiques, révolutionnaires…, il fait d’une myriade de graffitis un nouvel abécédaire dans lequel «Le A s’encercle anarchiquement, le C croissant étoilé s’affronte au D qui s’arrondit et se barre horizontalement, la croix dans le cercle du celtisme (…), le E devient les trois flèches barreuses de Tchakhotine »… Tchakhotine, l’auteur du Viol des foules par la propagande politique, qui avait, en Allemagne, tenté de convaincre les anti-nazis de répondre à chacun des signes offensifs de l’hitlérisme : à la croix gammée devait s’opposer les trois flèches du socialisme. Cette contre-propagande n’avait finalement pas été adoptée, seul –ou presque- Villeglé, a récupéré l’idée.

Villeglé,  vous l’aurez compris, c’est une pensée et un courant, celui des Nouveaux Réalistes. Eux sont déjà présents au MAC dans la collection permanente.

Visuel : (c) MAC

Génération frisson
mars 1991
Affches lacérées maroufées sur toile

 

 

 

 

Retour sur le deuxième album de The Skints
Critique Magic Mike: Soderbergh déshabille Channing Tatum et le monde des stripteasers
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *