Arts

Insolite: le Louvre prêche sa paroisse au coeur du stade de Lens

28 septembre 2010 | PAR Pamina Le Guay

Depuis le 25 septembre, samedi dernier, le stade mythique du Racing Club de Lens expose dans ses murs cinq reproductions de célèbres chefs-d’œuvre du musée du Louvre. Une association qui ne manquera pas de surprendre le public.


Le Louvre en sang et or

A Félix Bollaert, plus qu’ailleurs, ferveur des supporters rime avec passion des couleurs. Puissant véhicule de l’identité du club, les couleurs sang et or constituent un point de convergence avec les oeuvres sélectionnées par le Louvre. L’exposition apporte ainsi un éclairage nouveau sur ces deux couleurs dont la combinaison est souvent explosive. A deux pas du chantier du musée du Louvre-Lens, qui ouvrira ses portes à la fin de l’année 2012, « le Louvre en Sang et Or » s’expose pendant toute la durée de la saison de football, jusque fin mai.

Art et football

L’exposition baptisée « Le Louvre en sang et or », inaugurée à l’occasion de la venue du PSG doit jusqu’à la fin du championnat rappeler aux Lensois que le chantier du musée a commencé à quelques dizaines de mètres de là, en plein cœur du bassin minier. « Nous souhaitions mettre le Louvre au coeur du stade Bollaert », a indiqué le président-directeur du Louvre, Henri Loyrette qualifiant l’enceinte sportive de « grand monument de Lens ».

Décentralisation de la culture parisienne.

La tendance lancée par Le centre George Pompidou, qui a inauguré l’année dernière son annexe à Metz, est  désormais suivie par le musée du Louvre. Le célèbre musée parisien aura sa succursale provinciale, son ouverture est prévue pour la fin de l’année 2012. Elle présentera environ 250 oeuvres de son grand frère parisien renouvelées périodiquement, et des expositions temporaires. Le ton de ce projet, colossal, est donné : rendre la culture aussi populaire que le football: « Un match de football constitue un véritable vecteur populaire pour la culture » décrypte Michel Pastoureau.

Infos pratiques

Keira Knightley à moto pour Chanel
Critique, Les amours imaginaires de Xavier Dolan: brillant, corrosif et amer
Pamina Le Guay

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *