Cinema

Critique, Les amours imaginaires de Xavier Dolan: brillant, corrosif et amer

28 septembre 2010 | PAR Coline Crance

Les amours imaginaires est le deuxième film de Xavier Dolan. Très attendu après l’excellent « J’ai tué ma mère », Xavier Dolan réussit son pari. Il livre un film mature à la violence esthétisante sur les atermoiements amoureux Il sort en salle le 22 septembre 2010 . Avec Monia Chokri et Niels Schneider

Marie et Francis sont meilleurs amis. A une soirée, il rencontre un bel éphèbe, Nicolas. Tombant tous les deux amoureux de cet Adonis, un duel s’enclenche. Entre jeux de mots acerbes, hypocrisie de l’un et de l’autre, Xavier Dolan à travers des dialogues corrosifs, démantèle tout le jeu amoureux. Son regard de cinéaste est imparable. Moins intimiste que son précédent film, Xavier Dolan s’ouvre aux autres, aux différentes sexualités. Il filme avec justesse cette dépendance affective, ces corps malades engoncés dans leur obsession et leur fantasme. Chez Marie et Francis, le désamour de soi prime. Incapable d’aimer, ils tirent des coups d’un soir pour apaiser leur souffrance intérieure. Sous une mise en scène en effet très esthétisée, « lisse », la violence chez Dolan est sous-jacente. Elle s’exprime à travers ses plans rapprochés, corporels, quand le corps et le visage ne peuvent plus mentir face à ce malaise qui les hantent. Sous fond de couleur délavées, de cadeau sans merci, Francis et Marie fument, boivent, s’écrasent et pleurent sur l’épaule de leur amant d’un soir  ; Ou se rétractent et se cachent quand l’heure des confidences ou des aveux sonnent. «  Moi je fume ça cache la merde » dira très élégamment Marie à l’un de ses amants.

Ce récit tortueux sur l’impossible cristallisation du désir est entrecoupé par le témoignage de déceptions amoureuses d’une dizaine de personnes. Très librement, en prenant des allures de fausses confessions, ils se livrent et avouent leur fantasme et leur obsession. Le rire jaune domine et la bonne humeur ne prend pas.  Et au-dessus d’eux, plane le beau Nicolas, symbole de l’amour pur et inaccessible, reflet des désirs et de l’admiration. Ange qui passe, juvénile et enfantin , il paraît être le seul que l’Amour a épargné ou a touché… Pessimiste Dolan ? Peut-être, mais il est surtout un fin observateur qui est en passe de réellement trouver son style. Certes il garde toujours un œil grand ouvert du côté de Wong-Kar-Wai avec ses ralentis, et sa sublime mélancolie mais ses dialogues et ses acteurs font mouches. Et la musique minutieusement choisie vous touche et vous plonge dans vos vibrations, vos souvenirs et vos obsessions les plus intimes…


Les Amours imaginaires Bande-annonce 1
envoyé par toutlecine. – Court métrage, documentaire et bande annonce.

Insolite: le Louvre prêche sa paroisse au coeur du stade de Lens
André Kertész, « Journal intime »
Coline Crance

3 thoughts on “Critique, Les amours imaginaires de Xavier Dolan: brillant, corrosif et amer”

Commentaire(s)

  • laurent

    Merci Coline pour ce bel article sur ce très joli film. Les acteurs sont très beaux, c’est magnifiquement filmé, avec une grande simplicité mais une maîtrise du cadre ahurissante, une photo très soignée et une direction artistique jubilatoire (les robes vintage de Marie…). Entre Jules et Jim et Les chansons d’amour, avec un clin d’oeil à la fin (c’est fou ce que Nils Schneider ressemble à Louis Garrel, en blond, très marrant. Et pourtant il y a là quelque chose qui me touche beaucoup plus que les films d’Honoré, un peu surfaits. Cela tient peut-être aux gros plans, aux mouvements de caméra qui subliment l’émotion au bord des lèvres, dans les regards, les frémissements que l’émotion imprime aux visages. Difficile de ne pas tomber amoureux sinon du blondinet, en tout cas de ce couple étonnant d’amis particuliers, retors, mais si francs dans leur désir, cet inextinguible désir qui les relie tous les deux, à travers cet obscur objet aux boucles dorées. Vraiment beaucoup aimé ce film. Laurent.

    octobre 11, 2010 at 23 h 50 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *