Galerie
Nicolas Daubanes, l’alliance des contraires

Nicolas Daubanes, l’alliance des contraires

02 février 2022 | PAR Laetitia Larralde

Le Drawing Lab expose l’œuvre à la fois puissante et fragile de Nicolas Daubanes dans laquelle les contradictions se confrontent pour évoquer des sujets difficiles.

Lauréat du Prix Drawing Now 2021 remis lors du salon Drawing Now Alternative en juin 2021, Nicolas Daubanes, représenté par la galerie Maubert, a inauguré son exposition personnelle vendredi 29 janvier au Drawing Lab. Centre d’art privé situé au niveau -1 du Drawing Hotel, le Drawing Lab fait partie d’un ensemble plus large visant à promouvoir les jeunes artistes qui se consacrent au dessin contemporain et cherchent à en explorer les limites. Les artistes nommés pour le Prix 2022 ont également été annoncés ce soir-là : Alice Anderson, Marion Charlet, Kubra Khademi, Lenny Rébéré, Karine Rougier et Claire Trotignon.

L’exposition, intitulée Le Chiffre Noir, évoque cette zone incertaine qui sépare deux forces antagonistes. Et dans son œuvre, Nicolas Daubanes confronte de nombreux contraires. Ses paysages de forêt par exemple, gravés sur verre, qui dégagent une atmosphère un peu irréelle, sont en réalité des lieux chargés d’histoire, celle de la Résistance pendant la Deuxième Guerre Mondiale ou celle du camp de concentration de Natzweiler-Struthof. Et la surface fragile du verre est gravée par le contact brutal avec de la poudre d’acier incandescente, parfois laissée dehors à s’oxyder, donnant une couleur rouille à certaines œuvres.

Nicolas Daubanes est un artiste engagé, aux convictions clamées haut et fort qui sous-tendent tout son travail. Ses briques marquées à l’acier incandescent portent l’empreinte de la main de l’artisan, comme serrées dans le poing avant d’être jetées dans un mouvement de révolte. Il détruit le béton en y mélangeant du sucre comme les résistants construisant les murs de l’Atlantique et réduit les portes de prison en poussière dans une même réflexion sur l’enfermement. Tout comme ses dessins révélés par la limaille de fer aimantée sont très fragiles, voire éphémères, le travail de Nicolas Daubanes souligne la nature transitoire de toute chose.

Mais au-delà d’un discours fort, les œuvres portent la marque d’un travail délicat et précis qui va de pair avec une certaine retenue du geste. Force brute et fragilité, enfermement et évasion, verre et béton, Nicolas Daubanes n’a pas fini d’explorer cet espace incertain où les rapports de force peuvent tourner à l’avantage de n’importe lequel des contraires.

Nicolas Daubanes, Le Chiffre Noir
Prix Drawing Now 2021
Du 29 janvier au 04 mars 2022
Drawing Lab – 17 rue Richelieu – 75001 Paris

Visuel : 1- Portrait de Nicolas Daubanes © Grégoire Avenel – Cool Hunt Paris / 2- Hôtel de Ville, 1871, 2020 Poudre d’acier aimantée, 350 × 750 cm Exposition « L’Huile et l’Eau », Paris, Palais de Tokyo, 2020 © Marc Domage / 3- Bunkers, 2021 Incrustation d’acier incandescent sur verre oxydé et non oxydé, poudre d’acier aimantée, 60 × 50 cm chacun Exposition « Paréidolie – Salon international du dessin contemporain », Marseille, château de Servières, 2021 © Jean-Christophe Lett

Les jeunes mezzos en force : Anna Harvey reçoit le premier prix du 7ème concours Paris Opera Compétition
Fazil Say au Théâtre des Champs Élysées
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture