Galerie
Foisonnement et élégance à l’Hotel du Duc pour la Outsider Art Fair Paris 2015

Foisonnement et élégance à l’Hotel du Duc pour la Outsider Art Fair Paris 2015

23 octobre 2015 | PAR Yaël Hirsch

La Outsider Art Fair présente chaque année en off de la FIAC le meilleur de l’art brut et de l’outsider art. En 2015, pour sa troisième édition, la foire a pris ses quartiers sur deux étages de l’Hôtel du Duc (de Morny). C’est dans ce cadre somptueux qu’elle montre les artistes représentés par 40 galeries internationales.

[rating=4]

Non loin de l’Opéra Garnier, l’Hôtel du Duc, ancien Hôtel particulier du Duc de Morny, demi-frère de Naopléon III, est un cocon splendide. C’est dans ce cadre Belle Epoque, sur deux étages, 1000 m² et près de 5 mètres de hauteur sous plafond que, du 22 au 25 octobre, l’Outsider Art Fair réunit les galeries internationales les plus pointues en art brut.

Et dans cet univers fait de beaucoup d’expressions, de couleurs, de pleins, où tout attire l’œil et chaque oeuvre donne envie de rencontrer un univers et un artiste, tout est fait pour que les promeneurs, comme les amateurs puissent aller creuser dans la direction de leurs intérêts. Les galeristes sont tous passionnés et savent raconter en détail l’histoire de chacun des artistes qu’ils représentent,. Au cœur de l’exposition, la Halle Saint Pierre, partenaire de l’événement, a installé une grande librairie si l’on veut se pencher plus avant sur l’art brut, et pour la première fois la grande revue de référence sur l’art brut et outsider Raw Vision est présente, avec bon nombre de numéros. La revue permet également de découvrir le minutieux travail de l’indien Pradeep Kumar sur des allumettes et des cure-dents.

Une conférence « OAF Talk » a même eu lieu ce vendredi 23 octobre 2015, posant la question de « sexe et art brut » dans les œuvres d’artistes désormais mieux connus du grand public comme Henry Darger, Aloïse Corbaz, Miroslav Tichy et Eugene von Bruenchenheim.

D’Henry Darger (qui vient d’être exposé au MAM) on peut voir quelques belles oeuvres à la Galerie Carl Hammer. Outsider Art Fair présente aussi au public Français une exposition rare et magnifique des céramiques de Shinichi Sawada, grand artiste japonais de l’art brut, autiste travaillant depuis une institution psychiatrique de la ville de Kusatsu. Une autre de ses oeuvres est à voir à la galerie Nicaise.

Nos trois grands coups de coeur de cette foire foisonnante et habitée sont les portraits du russe Eduard Emeliantsev à la galerie Art Naive, les grandes fresques de langage de la française Genevièbe Seillé chez Claire Circia et le travail expressionniste sur le colonialisme  et le militantisme européen de l’Écossais Anderw Gilbert chez Polad Hardouin (et en exposition simultanée à la galerie, 86, rue de Quincampoix, Paris 3e).

Allez à la Outsider Art faire ce week-end et prenez votre temps.

 

Infos pratiques

2015, Le retour de Cutlog : radical et poétique
[Chronique] « Ici le Jour (a tout enseveli) » de Feu ! Chatterton : et tout est lumineux
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *