Expos

Week-end  à Moulins :   une petite ville, de grands musées

Week-end à Moulins : une petite ville, de grands musées

28 septembre 2018 | PAR Sabina Rotbart

La ville vient de recevoir le prix EDEN qui distingue les destinations méconnues mais remarquables. Moulins, c’est la surprise garantie à seulement 2h30 de Paris, dans l’Allier. Il faut donc y courir pour s’assurer un break d’automne furieusement lent.

Avec ses ruelles médiévales, des musées et des œuvres de renommée internationale, l’ancienne capitale des Bourbons, à seulement 2h30 de Paris en train, est une destination idéale pour un week-end d’automne. Vous savez surement que la cathédrale recèle le chef-d’oeuvre de l’art primitif français, le fameux Retable du Maître de Moulins, toujours aussi éclatant malgré ses cinq siècles sans retouche! Que Coco Chanel a passé son enfance ici, comme modiste puis chanteuse à l’entracte. Que dans cette ville située sur la ligne de démarcation, la mémoire de la Résistance est vive. Mais il reste à découvrir les cinq musées qui surprennent par leur rayonnement dans une cité de taille malgré tout modeste.

Le somptueux musée du costume de scène
Un musée national d’abord, celui du Costume de scène, logé dans une magnifique caserne XVIIIème somptueusement restaurée,. Unique en France, ce lieu conserve les costumes de l’Opéra et de la Comédie française. Des expositions thématiques y sont présentées, abondamment illustrées de vidéos. Des pièces exceptionnelles sont alors empruntées à toutes les grandes scènes françaises et européennes (Glyndebourne par exemple). Jusqu’au 4 novembre, l’endroit s’intéresse aux Contes de fée, avec des costumes d’opéra ou de ballets impressionnants de grâce ou de cruauté, puis la Comédie musicale sera le thème de fin d’année (du 1er décembre à mars 2019).

Le délicieux musée de l’illustration jeunesse
L’autre musée incontournable de Moulins, c’est celui de l’illustration Jeunesse, logé dans un hôtel particulier formidablement scénographié. C’est une chance unique de découvrir la collection privée d’une cheffe d’entreprise pionnière. Pour les puzzles, cubes, lotos et dominos qu’elle fait fabriquer, Véronique Michel-Dalès qui crée Djeco en 1954 a rapidement sollicité des artistes extérieurs alors que l’illustration n’était pas encore un domaine très valorisé. La génération actuelle continue ces collaborations, soutenant de très jeunes artistes et illustrateurs célèbres. La collection compte 200 œuvres On y remarque les noms de Pierre Mornet, Nathalie Novi, Olivier Tallec, Beatrice Alemagna, Ilya Green et Aurelia Fronty. La démarche de Djeco a accompagné l’émergence d’un secteur considéré auparavant comme un art mineur. Cerise sur le gâteau, certains retrouveront dans l’exposition les jeux de leur enfance comme le spirographe, le Télécolor ou la « Vie des fourmis ». Un jeu scientifique qui donna quelques soucis aux postiers français car Djeco livrait aux quatre coins de l’hexagone des bataillons de fourmis à élever qui prenaient parfois la poudre d’escampette dans les bureaux de poste !

La maison intacte d’ un bourgeois du XIXème
Un autre homme d’affaires, du XIXème celui-là, est à l’origine d’un musée non moins célèbre de Moulins, la maison Mantin. Ouvert seulement depuis 2010 car Mantin, un financier et investisseur d’avant-garde, rentier à 42 ans, légua à la ville sa maison de collectionneur et d’érudit bourrées d’objets d’art avec pour mission de l’ouvrir au public cent ans après. Il voulait transmettre un témoignage de la vie d’un bourgeois éclairé du XIXème.

L’endroit où les Bourbons côtoient les grafeurs
Deux autres musées méritent le détour, celui d’Anne de Beaujeu consacré aux ducs de Bourbon et l’amusante Street art city, à quelques kilomètres, ancien centre de formation d’EDF où des grafeurs sont conviés en résidence. Un lieu en constant renouvellement. Un détour rural pour Bansky ?! Bref on comprend pourquoi la ville a reçu le prix des Destinations européennes d’excellence, qui distingue les lieux méconnus mais très originaux.
Vous cherchez des plaisirs plus terre à La cité s’enorgueillit d’une gastronomie faite de produits parfaits, volailles de terroir, fromages sublimes, qu’il faut aller goûter à La cuisine d’Hervé, un restaurant où tout, absolument tout, est fait maison. Et puis il faut tester une perle du bien-être, le seul spa en France logé dans une chapelle ancienne (spa Céphise au confortable Hôtel de Paris, hoteldeparis-moulins.com. Pour jouir d’un calme évidemment religieux !terre (vous en trouverez sur moulins-tourisme.com)

Sabina Rotbart

Visuel :© DR

Jacob Banks, roi moderne de la Soul
Agenda des sorties du week end du 28 septembre
Sabina Rotbart
journaliste en tourisme culturel, gastronomie et oenotourisme.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *