Expos

« Rue de la verrerie» (sic), exposition de Julie Legrand

« Rue de la verrerie» (sic), exposition de Julie Legrand

28 juillet 2019 | PAR Pauline Lisowski

Invitée à occuper l’église Saint-Merry dans le cadre du cycle Voir et Dire, l’artiste présente à la fois des pièces anciennes et des créations spécifiques réalisées en résonance avec ce lieu chargé d’histoires.

Pour Julie Legrand, les espaces, leur architecture peuvent êtes des points de départ de ses créations. Elle choisit le verre pour la liquidité et ses diverses qualités plastiques. Elle explore différentes techniques pour tester les multiples capacités de ce matériau, soufflé, filé, récupéré. Si on la connaît surtout pour ses pièces en verre, l’artiste utilise de nombreux matériaux et crée des œuvres où elle les unie. Celles-ci naissent de rencontres avec des lieux et des circonstances de la vie et transmettent ses humeurs, ses émotions.

Comme à son habitude, c’est le lieu qui lui a donné l’inspiration à des formes nouvelles : « J’avais envie de travailler une accumulation de points, en travaillant c’est devenu un cercle », explique-t-elle.

Ces pièces dialoguent avec l’architecture, les sculptures et peintures. Même si Julie Legrand s’affirme plus athée que religieuse, ses œuvres s’inscrivent dans les thématiques qui y trouvent une grande place : hommage artistique au XVIe, l’affirmation du vivre ensemble au XXIe, les images secrètes enfouies en chacun, la conversation possible avec la mystique. L’artiste trouve dans les espaces où elle est invitée à exposer des possibilités d’ouvrir de nouvelles perspectives à ses œuvres.

«Suinter, perler, s’essouffler, encaisser, expirer… et réaspirer, ressouffler, respirer… À l’Église Saint-Merry, le verre coule ou se gonfle, s’étale et s’exhale, en dialogue avec les vitraux, par les pores de la pierre, avec discrétion et persistance, ou en ascensions colorées et jouissives », témoigne Julie Legrand.

En voulant composer un cercle de nombreux points, l’image de la couronne d’épine lui est apparue. Elle a alors créé cet objet à l’aide de gouttes, sanguines. « Je ne voulais pas représenter l’instrument de torture mais sa conséquence, non pas l’outil, mais l’effet de l’outil, de façon assez métonymique », précise-t-elle.

Déposée dans la chapelle de la Vierge aux vitraux comportant des taches rouges, cette œuvre acquiert un autre sens. « Michel m’a montré des versets disant que Marie souffrirait avant de connaître gloire, dit comme ça c’est banal, mais cela m’a plu que ce ne soit pas seulement une référence à la couronne d’épine, mais aussi à une femme et à son couronnement », ajoute l’artiste qui privilégie plusieurs mises en relation de ses œuvres avec l’espace qui les accueille.

Une autre couronne de verre rend hommage à Jean Chastelain, le maître verrier qui a réalisé les vitraux de Saint-Merry. Julie Legrand transpose dans cette pièce son regard sur cet art qui fait entrer la lumière. De là où on contemple cette pièce, notre regard est attiré par les couleurs des vitraux.

Assemblée, composée de nombreux verres colorés venant de partout fait écho à la spiritualité qui émane de ce lieu. Elle prend place avec en arrière-plan, les Disciples d’Emmaüs de Charles Coypel (1749) et s’ajoute aux deux imposantes colonnes qui expriment le sens de l’élévation. Cette œuvre convoque la joie, l’inspiration à aller plus loin et l’union de la diversité. Elle attire notre regard par la multiplicité des couleurs et des matières qui la constitue. Cette pièce monumentale renvoie aussi à la volonté d’être ensemble et de tenir en équilibre.

De longues bulles transparentes semblent sortir des murs de la chapelle de Communion. Souffle est une œuvre où le verre est travaillé et soufflé in situ. Elle se déploie toute en finesse, disparaissant presque sur les murs. Aux visiteurs de prendre le temps de découvrir ces éléments délicats qui diffusent une certaine énergie. Ici, la pièce incarne son souffle et celui des personnes qui passent, se promènent et se recueillent à St-Merry. Une autre œuvre viendra se loger dans l’église au courant de l’été. Ce sera aux visiteurs curieux et aux fidèles de la trouver fin août.

Les pièces de Julie Legrand se fondent dans les moulures, les couleurs des pierres et les peintures de l’église.

Icône aux éclats intrigue par sa forme massive d’où sort une multitude de verre filé se terminant en gouttes de verre rouge carmin. Cette œuvre fait écho aussi bien aux icônes des églises tout en transmettant un flux d’énergie par la couleur des filaments de verre.

L’arbre de vie, hybridation entre la pierre et le verre, suggère ici un élément entre le végétal et le minéral.

Déposé sur un autel néo byzantin du XIXe, Renaissance, assemblage d’un vase, d’une pierre et de verre filé joue aussi sur la combinaison des matériaux, leur mise en tension et en équilibre.

Une grande énergie émane des pièces de Julie Legrand. Celle-ci rejoint l’esprit de communion qui règne dans l’église notamment avec Assemblée.

« La question, du corps et de sa transcendance est donc aussi très présente. Le rapport aux impensés d’un lieu aussi. Je me suis souvent rendue compte que je faisais des choses dans des lieux qui pointaient incidemment un non-dit, une histoire passée, quelque chose de tacite… » précise également l’artiste.

Ce cadre lui a permis de jouer avec l’espace et son décor pour y faire surgir ses œuvres à la fois colorées et dont la transparence exprime une légèreté, un mouvement, une fluidité… Ses œuvres nous invitent à prendre le temps de parcourir l’église à leur découverte et faire circuler notre regard dans les différents recoins, à diverses hauteurs. Le cheminement de ce lieu de culte est alors repensé pour nous amener à aiguiser notre attention.

Pauline Lisowski

Jusqu’au 8 septembre

Julie-Legrand-Rue-de-la-Verrerie

 

Visuels: © Julie Legrand

 

© Julie Legrand-ASSEMBLEE – VERRES DE RECUPERATION – EGLISE SAINT MERRY PHOTO 3 2019
© Julie Legrand-Couronne d’épine, dite couronne des douleurs – Vue d’ensemble – Eglise Saint Merry
 
© Julie Legrand- RENAISSANCE Contextualisée – Eglise Saint Merry
 
© Julie Legrand – SOUFFLES Détails – Eglise Saint Merry –
 
© Julie Legrand – AfA Production 2018-06 Renaissance.
 
Un samedi soir avec Lahav Shani, Vadim Repin et Thomas Hampson au Verbier Festival
Au FIAMS, profusion de formes courtes stimulantes: il n’y a pas de petite marionnette!
Pauline Lisowski

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *