Expos

Pulp festival, la BD dans tous ses états

Pulp festival, la BD dans tous ses états

02 avril 2019 | PAR Laetitia Larralde

Ce week-end se tiendra la sixième édition du Pulp Festival à la Ferme du Buisson, avec un programme riche en expositions, spectacles et rencontres pour voir la bande dessinée autrement.

Cette année c’est à Posy Simmonds, autrice britannique connue notamment pour Tamara Drewe et Gemma Bovery, que le Pulp Festival a confié la réalisation de son affiche. Elle s’est également installée dans les salles cosy de la Piscine pour une exposition monographique, la première en France. On y retrouve bien évidemment ses romans graphiques, mais aussi toute une partie de son travail méconnue en France : les dessins de presse, les albums jeunesse et la satire politique. Au travers de plusieurs thèmes pensés comme des antagonismes dynamiques tels que Paris / Londres, la ville / la campagne ou encore l’amour / la trahison, on découvre une œuvre foisonnante et mordante.

Deuxième autrice à l’honneur, Catherine Meurisse nous parle de ses Grands espaces dans les petites cellules des Ecuries. L’exposition est conçue comme un diorama de son album. Chaque pièce reconstitue une scène en faisant appel à différentes techniques. Ici on passe dans un champ de tournesols, là on écoute André Dussollier nous raconter une histoire installés dans une chaise longue au milieu des champs, ou plus loin un œilleton nous plonge dans la grande galerie du Louvre envahie de végétation, le tout émaillé de citations littéraires. Une immersion dans l’album et la jeunesse formatrice de Catherine Meurisse.

La Halle accueille l’exposition Empreintes graphiques, qui présente les estampes de MEL Publisher. Depuis quelques années, la maison d’édition d’estampes propose à des auteurs de bande dessinée et des artistes contemporains de s’essayer à la lithographie ou à la taille douce. Accompagnés par des artisans spécialisés dans ces techniques, les artistes créent des images narratives, entre art et bande dessinée. Les estampes sont accompagnées de matrices de cuivre ou de pierre ainsi que d’étapes intermédiaires pour certaines, révélant la complexité du travail. Pendant tout le week-end, vous pourrez assister à des démonstrations d’impression en taille douce et lithographie grâce aux deux presses installées dans l’exposition. Les tirages seront à vendre, et les auteurs comme Posy Simmonds, Edmond Baudoin ou Loustal rehausseront de couleurs leurs estampes au cours du week-end.

Pour les cent ans de la naissance d’Alberto Breccia, une exposition monographique est consacrée à l’auteur argentin sur le thème du fantastique. Breccia adaptant son style graphique à son récit, on ressort de la Halle avec l’impression d’une constante réinvention. La scénographie est pensée comme une bibliothèque de Babel, des petites cellules hexagonales se succédant au gré des différents albums. On croise Cthulhu, Poe, Stevenson ou Dracula, dans un noir et blanc graphique, en découpages de matières, en papiers colorés déchirés ou en dessin au rasoir. Assez mal connu du grand public, on comprend ici pourquoi Alberto Breccia est une référence des auteurs de bande dessinée.

Le festival présentera cinq spectacles, dont Les Astres de l’Orient, créé par Bachar Mar-Khalifé pour l’occasion d’après le livre Ô Nuit Ô mes yeux de Lamia Ziadé. Le spectacle musical explore l’histoire du Proche-Orient au XXème siècle au travers de portraits de grandes figures de la musique. Sur scène se mélangent musiciens, acteurs et projections des illustrations du livre pour une fresque historique et artistique.
Les autres spectacles feront vivre Tout seul(s) de Chabouté, Les trois brigands de Tomi Ungerer ou encore Qui suis-je ? de Thomas Gornet.

A cette programmation déjà riche, il faut ajouter des séances de cinéma, des expos hors les murs, une librairie éphémère, des ateliers, des master class et des rencontres avec les auteurs. Un festival qui promet de belles découvertes pour toute la famille.

 

Pulp festival
Du 5 au 7 avril, expositions jusqu’au 28 avril
La Ferme du Buisson – Noisiel
http://www.lafermedubuisson.com/pulp-festival-2019

visuels : affiche du festival, photos L. Larralde

Les concerts classiques et lyriques de la semaine du 01/04/2019
Venezuela, une précieuse allégorie de l’adolescence
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *