BD
Le grand retour du Pulp Festival à la Ferme du Buisson

Le grand retour du Pulp Festival à la Ferme du Buisson

07 avril 2022 | PAR Laetitia Larralde

Après deux ans d’arrêt dus au Covid, le Pulp Festival revient à la Ferme du Buisson avec sa cohorte d’expos, de films et de spectacles pour un week-end autour de la bande dessinée.

Le Pulp est un festival qui cherche à montrer la bande dessinée sous différentes formes, à la faire sortir du livre. Ainsi, pendant les trois jours du festival, le programme est varié, à l’échelle de la Ferme du Buisson : projection de films et documentaires en lien avec les expositions, spectacles où le dessin passe en 3D et en musique, rencontres, ateliers et réalité virtuelle. Et bien évidemment, au cœur du festival, cinq expositions aux univers très différents.

Pour cette septième édition, quatre des expositions sont des créations du festival, et la cinquième, celle de Typex, créée aux Rencontres du 9ème art d’Aix-en-Provence, est adaptée et augmentée ici. Cette exposition est consacrée à Andy Warhol dont Typex a sorti la biographie dessinée en 2018, 500 pages réparties en dix périodes de la vie du Pape de la Pop, chacune avec un style graphique correspondant à son époque. On entre dans l’exposition en choisissant de profiter de nos 15mn de célébrité ou non, et on découvre les différentes alcôves racontant la vie de Warhol, organisées autour d’une grande fresque recto verso que Typex réalisera pendant le festival.

Autre personnage à la vie hors normes, autre biographie graphique, Alice Guy est l’héroïne de l’exposition autour de l’album de Catel et Bocquet paru en 2021. Ce grand décor de cinéma rendant hommage à la première femme réalisatrice, scénariste et productrice (son premier film date de 1895 pour Gaumont), s’appuie sur les recherches documentaires colossales de José-Louis Bocquet, le scénariste. On peut également y admirer des planches de Catel Muller ainsi que de grandes illustrations en couleur ayant servi à ses recherches. De plus, différents dispositifs datant des débuts de l’image animés ou des films tournés par Alice Guy sont présentés ici.

Plus loin, nous découvrons les Obsessions de Lorenzo Mattotti. Après l’exposition au Fonds Hélène et Edouard Leclerc de Landerneau qui montrait ses chefs-d’œuvre, on entre ici dans l’intimité de la pratique de l’artiste. En partant de ses carnets de dessins (dont le deuxième tome paraîtra fin avril chez Actes Sud BD), la scénographie crée une sorte de cartographie de l’esprit de l’artiste en regroupant par thèmes ses recherches plastiques. On le voit travailler, fouiller, tester son sujet dans différentes techniques, lumières et formats, passant du délicat dessin au pastel aux masses du pinceau et de l’encre de chine ou aux grandes toiles à l’acrylique. Dans l’eau, la chambre, l’onirisme, le paysage, la mode, la danse ou la violence, chaque thème entrouvre une fenêtre sur l’univers créatif de Lorenzo Mattotti.

Dans les écuries, nous entrons dans l’installation de Fanny Michaëlis qui mêle dessin, mise en espace graphique et musique composée et interprétée par l’artiste. Mais on peine à s’immerger dans l’exposition, son uniformité globale un peu froide nous tenant à distance. Enfin, à la piscine, l’exposition Femzine répond à la phrase entendue à Angoulême assénant que s’il y avait si peu de femmes nommées pour le Grand Prix du festival (3 sur 49), c’était parce qu’il n’y avait pas d’autrices. Entièrement recouverts de publications, BD, magazines et fanzines créés par des femmes, les murs portent la preuve du foisonnement créatif féminin depuis les années 1970. Au RDC, les visiteuses sont invitées à participer en créant leurs images sur le thème des inégalités et violences de genre.

Ce weekend, afin de pouvoir penser à autre chose qu’aux élections, allez vous aérer l’esprit à la Ferme du Buisson, la créativité et la beauté sont toujours de bonnes sources d’inspiration.

Pulp Festival
Les 8-9 et 10 avril 2022, jusqu’au 15 mai 2022 pour les expositions
La Ferme du Buisson – Noisiel

Visuels : 1- affiche du festival par Catel / 2-Alice devant la caméra ©Catel / 3- blocco aprile 25 ©Lorenzo Mattotti / 4- Ah ! nana ©Ulli Lust / 5- Andy part 5 cover ©Typex / 6- ©Fanny Michaëlis

« Vies de forêt » de Karine Miermont
Art Paris : une exposition aux mille couleurs
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture