Expos
[Nice] Le MAMAC rend hommage à Arman

[Nice] Le MAMAC rend hommage à Arman

20 décembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Pour les dix ans de la mort d’Armand Pierre Fernandez, dit Arman, le MAMAC rend hommage à cet enfant du Pays. Arman est grande figure du Nouveau Réalisme né à Nice où il a fait sa première performance de « Colère » en 1961, à l’Abbaye de Roseland. Jusqu’au 6 mars 2016, le Musée d’Art Contemporain de Nice expose donc ses pièces maîtresses d’Arman dans une salle où l’on a un bon panorama de ses créations des années 1950 à sa mort en 2005.

[rating=3]

C’est au deuxième étage du Musée, après un présentoir de catalogues dédiés à ARman que l’hommage se déroule en une dizaine d’œuvres pour près de 50 ans de carrière. Le rapport à Pollock et au dripping est proposé avec des « cachets » et des « allures ». Une jolie inclusion de mains vernies de rouge dans un buste de femme fait transition vers des « colères » très représentatives du travail d’Arman. Le travail main dans la main avec la Régie Renault est représenté par une carcasse de Spitfire stylisée selon le procédé du maître.

Dans une série de vidéo d’époques, on peut le voir à l’oeuvre ou bien répondre à des questions de Thierry Ardisson aux Bains-Douches, expliquant que s’il « n’y a pas de création sans révolte », il est lui-même loin d’être révolutionnaire.

Après son billet de 500 euros amoché en révérence à gainsbourg on sort de l’exposition heureux d’avoir redécouvert une oeuvre dans une exposition qui est l’une des principales qui lui est dédiée à Nice depuis « Passage à l’acte » (2001) et depuis la grande exposition du Centre Pompidou (voir notre article). Et en même temps, l’on se dit également que si ses horloges devant Saint-Lazare ont pu dire quelque chose de fort de nos sociétés, le monde a beaucoup évolué depuis la mort d’Arman. L’idée que son oeuvre est résolument entrée dans les livres d’histoire de l’art laisse un tant soit peu rêveur.

visuels : YH

Infos pratiques

La Cendrillon d’Ermanno Wolf-Ferrari à l’OnR
« Romeo et Juliette » d’Eric Ruf à la Comédie Française
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *