Expos
Michel Nedjar tisse des liens au Domaine de Chamarande

Michel Nedjar tisse des liens au Domaine de Chamarande

22 décembre 2021 | PAR Laetitia Larralde

Jusqu’à début janvier, le Domaine de Chamarande, dans l’Essonne, propose un double parcours autour de Michel Nedjar, artiste et collectionneur d’art brut.

Michel Nedjar est un artiste difficile à classer. Tailleur de formation, il crée depuis la fin des années 1970 poupées, dessins et vidéos expérimentales et est présent autant dans des collections d’art brut que d’art contemporain. Sa carrière même a basculé d’un univers sombre et hanté à une création enjouée et lumineuse, comme le souligne le parcours dans le château de la première partie de l’exposition consacrée à l’œuvre de Michel Nedjar. La seconde partie, dans l’orangerie, nous présente une sélection d’œuvres de la collection de L’Aracine, association co-fondée par Michel Nedjar autour de l’art brut, donnée au musée du LaM en 1999.

La dualité est un élément récurrent chez l’artiste, et se reflète dans l’exposition qui lui est consacrée. Au château, nous retraçons la carrière de Michel Nedjar en deux grands temps : une partie rétrospective et une partie actuelle, articulées autour de ses Poupées Pourim, nées d’une commande du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme en 2004. Cette œuvre charnière, présentée dans la pénombre théâtrale d’une salle toute en boiseries, se compose de nombreuses figurines bricolées avec des matériaux de récupération très hétéroclites, de l’opercule du pot de yaourt à des chutes de tissus de costumes de théâtre en passant par divers types de cartons, le tout assemblé par des fils colorés cousus, brodés, noués. Elles évoquent un épisode biblique du livre d’Esther où le sort bascule de l’ombre à la lumière, qui marque le renversement dans la pratique de l’artiste.

La poupée est présente tout au long de la carrière de Michel Nedjar. Elles sont cousues, composées d’objets de récupération assemblés dans une sorte de forme mutante organique, mais si la forme se retrouve avant et après 2004, la démarche ne semble plus avoir la même source. Car si les Poupées chairdâme tiennent du rituel chamanique ou vaudou, de l’exorcisme par des créatures grouillantes et boueuses, ses Paquets d’objets arrêtés, dans leurs linceuls de tissus clairs cousus de fils rouges ou bleus, ressemblent plus à une volonté de protéger ses souvenirs et de les faire accéder à une forme d’éternité. Dans ce qui pourrait être une démarche d’autofiction, l’artiste assemble par un fil épais les éléments de sa vie, sous forme de panneaux, de poupées ou d’assemblages d’objets momifiés.

Si ses objets et sa couture ont un aspect très bouillonnant et organique, les dessins de Michel Nedjar ont au contraire un ordonnancement géométrique marqué. Et c’est peut-être là que se lisent le plus clairement ses liens avec les œuvres d’art brut qu’il collectionne. On les rapproche de Madge Gill, d’Aloïse Corbaz, ou encore de Scottie Wilson, que l’on retrouve dans la collection du LaM présentée à l’orangerie. La donation de l’Aracine a fait de la collection du LaM la plus grande collection publique d’art brut en France avec plus de 3500 œuvres. Visiblement, la boulimie créatrice de Michel Nedjar se manifeste autant dans son œuvre que dans la collection de celle des autres.

Les 75 œuvres de de cette seconde partie sont articulées autour de la phrase de l’artiste brut Jean Perdrizet « Penser c’est broder le fil de nos idées ». On y retrouve les artistes « bricoleurs », tel André Robillard, qui créent à partir de matériaux de récupération assemblés avec les moyens à disposition, ceux qui recomposent le paysage et ceux qui métamorphosent les objets, comme Judith Scott qui crée des chrysalides de fil autour d’objets du quotidien. Les œuvres présentées constituent un échantillon représentatif de l’immense diversité de la collection, issue de la passion limite obsessionnelle d’un artiste pour l’art.

Si les œuvres plus anciennes de Michel Nedjar peuvent avoir une présence inquiétante et sombre, on ressort de l’exposition convaincus qu’elles sont elles aussi issues d’une pulsion créatrice forte et éminemment vivante, que Michel Nedjar a aujourd’hui totalement embrassée, avec une liberté joueuse et flamboyante.

Michel Nedjar – Filiations
Du 25 septembre 2021 au 09 janvier 2022
Domaine départemental de Chamarande

Visuels : 1-Michel Nedjar dans son atelier / 2- Michel Nedjar, Sans titre (Paquet d’objets arrêtés), 2016 – Tissus, fils et objets hétéroclites – 73 × 30 × 44 cm – courtesy christian berst art brut, paris – Photo : christian berst art brut, paris © Michel Nedjar / 3- Michel Nedjar, Sans titre (Animo), 1996 – Technique mixte sur carton – 65 × 92 cm – Atelier de l’artiste – Photo : François Lauginie/Département de l’Essonne – © Michel Nedjar / 4- Michel Nedjar, Sans titre (Coudrage), 2013 – Détail (recto) papiers et cartons divers, tissus et fils sur tissus – 104 × 143 cm – Atelier de l’artiste – Photo : Nicolas Dewitte/LaM – © Michel Nedjar / 5- Aloïse Corbaz, Noël / Château de Blümenstein, vers 1940-1945, Pastel sec, pastel gras et fil cousu sur papier kraft – 117 × 85 cm – LaM, Villeneuve-d’Ascq – Donation de L’Aracine, 1999 – Photo : P. Bernard – © Fondation Aloïse / 6- André Robillard, USA, 1984 – Bois, contreplaqué, ruban adhésif, cartouche, tube en plastique, pistolet, métal, fil de cuivre, skaï, crayon graphite, crayon de couleur – 25 × 82,5 × 22,6 cm – LaM, Villeneuve-d’Ascq – Donation de L’Aracine, 1999 – Inv. 999.14.42 – Photo : C. Dubart – © ADAGP, Paris, 2021

Audrey Ardiet, Secrétaire générale de La Rose des Vents, nous parle de la 3e édition du Festival DIRE 
A la Comédie Française, Léna Bréban invite Rémi Sans Famille pour Noël
Avatar photo
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration