Arts
Maison de Balzac : Carte blanche à Pierre Buraglio

Maison de Balzac : Carte blanche à Pierre Buraglio

18 avril 2022 | PAR Iseult Cahen Patron

Jusqu’au 4 septembre 2022, la maison de Balzac donne carte blanche à l’artiste Pierre Buraglio. Lumière sur cette exposition mêlant art et littérature. 

Comme l’avaient été avant lui Louise Bourgeois, Alkis Boutlis ou encore Eduardo Arroyo, Pierre Buraglio est l’invité de marque de la Maison de Balzac jusqu’au 4 septembre 2022. L’artiste s’est prêté à l’exercice : faire vivre les œuvres balzaciennes à travers son œil d’artiste et au-delà des siècles. Cette collaboration a donné naissance à une exposition qui aborde l’œuvre de Balzac sous le prisme de l’art plastique, de l’humour et d’un brin de nostalgie.

« Il y a autant de Balzac qu’il y a de lecteurs »

La ligne directrice et l’ambition de l’équipe de la maison de Balzac sont claires. Il ne s’agit plus seulement d’entretenir un lieu de pèlerinage pour les adeptes de l’écrivain mais bien de faire palpiter ce lieu, espace d’expressivité contemporaine à part entière. Balzac défit le temps comme en témoignent la nomination et les multiples récompenses obtenues par Illusions Perdues (2022) de Xavier Giannoli. Ses œuvres littéraires touchent les artistes de façon singulière. L’actuel directeur de la maison, Yves Gagneux, l’explicite avec justesse : « Il y a autant de Balzac qu’il y a de lecteurs ». Par conséquent, chacun des artistes invités plonge le visiteur dans « son » Balzac. Chacune de ces visions permet de distiller les rapports sociaux si chers à l’écrivain. 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Cercle Amis Maison de Balzac (@maison_balzac)

Pierre Buraglio à l’épreuve de Balzac

Connu pour sa proximité avec le groupe Supports/Surfaces et sa pratique du collage, du montage et de l’agrafage, Pierre Buraglio nous livre ici une exposition inspirée par Balzac et ses romans complexes aux milles et un visages et caractères. Si susciter l’envie de se replonger dans la lecture d’Eugénie Grandet, de La Comédie humaine ou encore de Splendeurs et misères des courtisanes était l’objectif alors c’est un pari réussi ! Ce travail « avec, d’après, autour… » de Balzac est teinté d’humour et de poésie. Il se déploie sur trois salles et à travers une quarantaine d’œuvres. Pierre Buraglio a crée pour l’occasion des couvertures fictives de romans. Pour ces jaquettes inédites visibles dans chaque salle, il remploie des dessins, des reproductions d’œuvres, des photocopies. 

L’élégance en un objet

L’exposition vise à retracer les liens entre Honoré de Balzac et Pierre Buraglio. En effet, ce dernier s’inspire autant de ses ouvrages que de sa personnalité et ses méthodes de création. Conscient que l’habit reflète souvent la condition sociale, Balzac s’est fortement intéressé à la mode. En écho à son Traité de la vie élégante, Buraglio focalise son attention sur le motif de la cravate, symbole du raffinement. 

Biffures et caviardages

Impressionné par la méthode de travail de l’écrivain – qui corrigeait parfois jusqu’au quinze fois une même page – l’artiste décline le topos de la rature. Plusieurs pages de son agenda font œuvre. Caviarder à l’extrême, les inscriptions disparaissent totalement. Il éradique le souvenir d’un rendez-vous et, se faisant, interroge la notion de mémoire. 

Par ailleurs, la thématique du souvenir est omniprésente dans la troisième salle. Face aux fusains d’après Rodin, Pierre Buraglio livre une série fortement imprégnée du souvenir de la maison familiale de Maisons-Alfort. Une maison dans la Maison de Balzac, la boucle est bouclée. 

Visuels : © Collection Pierre Buraglio et © Iseult Cahen-Patron

Un Cosi plein de verve et de finesse au Liceu de Barcelone
La playlist de l’entre-deux tours
Iseult Cahen Patron

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture