Expos

Les vernissages de la semaine du 29 janvier

Les vernissages de la semaine du 29 janvier

29 janvier 2015 | PAR Matthias Turcaud

On peut faire de l’art avec, certes, de la peinture, ou des photos, mais aussi des listings bancaires et des semelles de chaussures. Comment ça « Non, jamais de la vie » ? Eh bien, convainquez-vous-en vous-mêmes en voyant les vernissages prévus cette semaine à Paris ou ailleurs ! 

– Jeudi 29 janvier

Finissage de l’exposition « ERRANCE » à la Galerie Popy Arvani

De 18h à 21h aura lieu la fin de l’exposition ERRANCE, commencée le 27 novembre 2014 dernier et qui fête les 10 ans d’existence de la galerie hongroise. L’exposition s’inspire notamment du concept philosophique de « l’Apeiron » (qui suggère l’illimité, l’infini et l’indéterminé) ainsi que des livres Marelle de Julio Cortazar (1963) – qu’on peut lire soit de manière linéaire du chapitre 1 au chapitre 56, soit de manière non linéaire en partant du chapitre 73 puis en suivant un ordre de succession indiqué au début du roman –  et La Vie mode d’emploi de Georges Perec (1978) – qui suit la vie d’un immeuble dans une rue imaginaire du XVIIème arrondissement de Paris. Pour plus d’informations sur Popy Arvani, voir ici, et pour plus d’informations sur l’exposition « Errance » voir .

A la Galerie Popy Arvani, 7 rue Jean-Pierre Timbaud (11ème). Téléphone : 01 47 00 87 51. 

1ère PIJAMA Party

A 18h aura lieu le vernissage de la 1ère PIJAMA Party à la PIJAMA Galerie, qui fait la part belle aux dessins de coeur de la jeune Sophie Ong, entre sophistication chic et spiritualité. Jusqu’au 15 février ! Pour plus d’informations, voir ici et .

A la PIJAMA Galerie, 10 rue du Pont des Choux (3ème). Téléphone : 09 86 18 17 54.

La voix du traducteur

A 19h vous pouvez vous rendre au Frac Lorraine à Metz pour assister au vernissage de l’exposition « La voix du traducteur » qui propose de s’interroger sur les mutations de la traducteur à l’heure de la mondialisation et de l’importance de plus en plus hégémonique de la langue anglaise. Pour davantage d’informations, voir ici.

Au Frac Lorraine, 1 bis rue des Trinitaires – 57 000  Metz. Téléphone : 03 87 74 20 02. 

– Vendredi 30 janvier

« Hors-Champ » de Denis Robert à la Galerie W 

Une réflexion menée par Denis Robert depuis huit ans autour de la finance, avec une grande panoplie de moyens et de matériaux : carnets de notes, listings bancaires, pensées sur toiles, « cartons colorés » et « slogans biturés ». Pour plus d’informations, voir ici. Vernissage à partir de 19h.

A la Galerie W Eric Landau, 44 rue Eric Lepic (18ème). Téléphone : 01 42 54 80 54. 

– « Je  ne croirai qu’en un Dieu qui danse » de Richard Pak à l’Artothèque de Vitré

Inspirée d’une phrase de Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra – « Je ne pourrais croire qu’en un Dieu qui sache danser » -, l’exposition du photographe américain Richard Pak propose d’essayer de capter l’émotion esthétique de spectateurs de concert dont Pak a fait des portraits rapprochés en noir et blanc en en accentuant le grain. Pour plus d’informations, voir ici.

A l’Artothèque de Vitré, 52 rue Poterie – 35 500 Vitré – Bretagne / Ile-de-Vilaine. Ouvert de vendredi à dimanche de 14h à 18h. Téléphone : 33 2 99 75 02 25.

– Samedi 31 janvier

Ouverture de la boutique Potemkine

Désormais les éditions Potemkine vous accueillent dans leur nouvel espace Potemkine café, dans lequel vous pourrez trouver toute leur sélection de DVD, de livres sur le cinéma, de musiques de films, d’affiches, mais aussi travailler, lire ou discuter cinéma autour d’un expresso, d’un thé ou d’une boisson fraîche. Pour l’ouverture de l’espace, il vous est proposé de déguster les cafés , à 16h30 vous est présentée la liste des DVD à venir en 2015 chez les éditions Potemkine Films, enfin à 17h sera projeté le court-métrage Personne ne veut jouer avec moi de Werner Herzog (1976) – projection suivie d’un pot qui s’annonce convivial. Des rendez-vous réguliers seront prévus à l’avenir, autour de projections, discussions, signatures, rencontres avec un réalisateur, un auteur ou un critique. Pour plus d’informations sur la galerie, voir le site de Potemkine et la page Facebook de l’événement.

A l’Espace Potemkine, 30 rue Beaurepaire (10ème). Téléphone : 01 40 18 01 81.

« Stairway » de Brenna Youngblood à la Galerie Nathalie Obadia

La Galerie Nathalie Obadia abrite jusqu’au 28 mars l’exposition personnelle de la jeune Brenna Youngblood, composée de douze tableaux récents qui cristallisent sa réflexion autour de la « re-composition ». Pour ce faire, elle utilise de nombreux matériaux et éléments disparates – dont du papier, des pales de ventilateur, ou encore des semelles de chaussures – qu’elle assemble dans le cadre de la toile. Pour avoir un premier aperçu de son travail, voir ici.

A la Galerie Nathalie Obadia, 3 rue du Cloître Saint-Merri (4ème). Ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h. Téléphone : 01 42 74 67 68.

– Mardi 3 février

« Angels with dirty faces » d’Olivier Marboeuf à la Galerie Les Filles du Calvaire

Commissaire d’exposition, critique et performer, Olivier Marboeuf propose ici une partition de films, de textes ainsi que de musique ; tous traversés par la puissance de la lamentation. Christian Marclay, Hiwa K, John Akomfrah Penny Siopis, Graeme Thomson et Silvia Maglioni sont les artistes qu’il convie à cette occasion. Pour plus d’informations, voir ici.

A la Galerie Les Filles du Calvaire, 17 rue des Filles du Calvaire (3ème). Ouverte du mardi au samedi de 11h à 19h. Téléphone : 01 42 74 47 05.

– Mercredi 4 février

« Miraculeux » de Peter Miller à la section Pigalle

A 19h aura lieu le vernissage de l’exposition « Miraculeux » de Peter Miller – un artiste qui s’intéresse notamment au cinéma et aux processus de projection -, et qui durera jusqu’au 28 mars. Vous pouvez jeter un coup d’oeil au site de l’espace, et un autre (ou plusieurs d’ailleurs) sur celui de l’artiste.

A la section Pigalle, 10 rue André Antoine (18ème). Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h30 et certains dimanches. Téléphone : 09 82 35 45 33.

« Contact(s) » à la Galerie Jérôme Poggi

Six jeunes artistes – Maxime Bondu, Juliana Borinski, Julien Crépieux, Mimosa Echard, Eléonore False et Greogry Buchert – proposent ici de chambouler notre rapport habituel à la perception et à la représentation des choses, à travers différents processus – empreintes, contact direct, télescopie ou encore scannage. Pour plus d’informations, voir ici.

A la Galerie Jérôme Poggi, 2 rue Beaubourg (4ème). Ouverte du mardi au samedi de 11h à 19h. Téléphone : 09 84 38 87 74.

Crédits photos : galeries respectives.

[La recette de Claude] Salade tiède aux crevettes grises
La Grande Défaite 1870-1871, Alain Gouttman
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc.Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *