Expos

Leah Marciano enfourche le tigre

Leah Marciano enfourche le tigre

11 mai 2020 | PAR David Rofé-Sarfati

Sa dernière pièce de théâtre, La Raclette était savoureuse. Durant le confinement Leah Marciano, inspirée sans le savoir par les mots d’Emmanuel Macron, a enfourché le tigre pour utiliser son élan créatif à un autre de ses talents : la photographie.

 

Leah Marciano est photographe depuis plus de dix ans. Après l’obtention de son baccalauréat, elle suit des études de mise en scène cinéma, puis se dirige vers le théâtre où elle devient auteur et metteuse en scène avec une dizaine de pièces à son actif. Parallèlement à cette activité artistique, elle développe son activité professionnelle de photographe et travaille aussi bien dans le milieu de la mode que pour des particuliers, des événements ou encore des portraits. Depuis l’annonce du confinement, toutes ses activités ont cessé immédiatement, son art est figé pour une durée indéterminée, mais elle non.

Au théâtre elle est la metteuse en scène (souvent co-auteur)  de MeurtreS à Cripple Creek, Blondie et Brunette, En Apesanteur, Un macchabée dans la baignoire, La Raclette. Elle s’est saisie de cette période de confinement pour explorer autre chose, une autre vision du confinement.

Leah Marciano s’explique :

À l’heure où les réseaux sociaux nous confinent déjà virtuellement depuis de nombreuses années dans des diktats de bonheur imposé, de couples parfaits, de destinations de rêve, de minceur extrême, et de sport quotidien, le confinement réel, physique, obligatoire et sans appel nous impose ces mêmes diktats de manière exacerbée.  Se comparer aux autres aujourd’hui, c’est réaliser que l’on aurait raté son confinement, si on n’a pas fait son pain nous- même,  ne s’est pas mis au yoga,   pris deux kilos, pas vu les leçons de vie à tirer de tout cela ; si on n’a été  ni créatif ni productif. Cela parce qu’on n’a envie de rien ; parce qu’on se sent seul, abandonné ; parce que la prison n’est pas uniquement physique ; elle est aussi mentale.

Leah compose avec ses émotions, les nôtres aussi. Elle a su canaliser cette rage, colère, frustration, sidération pour en sortir de la création plutôt que de la destruction. 

Ses images prégnantes,  et ce qu’elles racontent,  sont exposées sur cette page : lien Leah Marciano.  

Crédit Photos Léah Marciano.

L’agenda des musées déconfinés
Jerry Stiller est mort
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *