Théâtre

« Meurtre à Cripple Creek » une pièce all inclusive

« Meurtre à Cripple Creek » une pièce all inclusive

19 novembre 2015 | PAR David Rofé-Sarfati

Autour de Leah Marciano, et au Proscenium, s’est regroupé une fois de plus un bouquet de talents pour un nouveau projet, une pièce qui est un huis clos policier où chaque proposition est poussée à sa limite. On rit beaucoup, on sursaute souvent, on s’émerveille sans cesse, on chante même.

Voilà une très jolie pièce, amusante décalée, inventive. « Meurtres à Cripple Creek » est un huis clos policier mêlant suspense et comédie. L’histoire se déroule dans les années 60 dans un petit hôtel isolé et délabré. Un double meurtre est commis la veille de Noël, tous sont suspects. L’intrigue va traverser la bio de chacun des personnages, à la façon d’une Agatha Christie, sauf que Leah Marciano, la metteuse en scène, Arnaud Cordier et Rose Denis, les auteurs, ont décidé de dépasser la seule excentricité ou l’étrange. Ils ont poussé un peu plus. Ils ont atteint la folie et ont produit une pièce entre la parodie de Grease, les bijoux de la Castafiore ou Le père Noël est une ordure revue à la mode des années 2010.

On y parle de la folie ordinaire donc de chacun de nous.

On s’identifie à chaque personnage à tour de rôle. Il y a la vieille fille un peu nunuche, héritière de l’hôtel (exquise Nathalie Touati), sa sœur androgyne soumise et parfois battue qui découvrira sa féminité au cours de l’intrigue, un paparazzi, une ancienne star de Broadway alcoolique et nymphomane, un détective introverti, deux amants voleurs Shirley (Faustine Pont qui joue aussi dans Blondie et Brunette a définitivement un immense talent) et Billy (Arnaud Cordier, magnifique acteur).

Le rythme est soutenu, chaque minute réserve sa surprise, surprise du texte, surprise du jeu des acteurs ou de la mise en scène.

Il n’est pas aisé au théâtre de mettre en scène la folie ordinaire sans tomber dans le ridicule ennuyeux. Ce pari est gagné par l’équipe qui fonctionne comme une troupe. On pense au Café de la Gare et au Splendid à leurs débuts. Et l’on repère déjà les scènes cultes, comme cette scène irrésistible où Maggi, Nathalie Touati, explique à Gary sur un tableau noir que Minnie est sa mère.

Une pièce irrésistible donc, servie par une troupe talentueuse, une pièce dansée et chantée avec un vrai chien sur scène, une pièce « all inclusive ».

Meurtre à Cripple Creek, un comédie policière d’Arnaud Cordier, avec la participation de Rose Denis, mise en scène par Leah Marciano au Proscenium jusqu’au 29 décembre.

http://www.dailymotion.com/video/x2a10ka_meurtres-a-cripple-creek-bande-annonce_fun

Infos pratiques

Krakatoa
Service culturel de gentilly
le_proscenium

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *