Expos

La légende de National Geographic. Des voyages toujours plus loin, sans limites…

La légende de National Geographic. Des voyages toujours plus loin, sans limites…

26 mai 2017 | PAR Victoire Chabert

La nature, les découvertes, les peuples et le journalisme, sont l’essence même de l’aventure National Geographic. 125 ans d’exploration et de voyages, c’est ce que nous raconte l’exposition au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, jusqu’au 18 septembre 2017.

Cette exposition permet de (re)découvrir les valeurs que porte National Geographic, notamment sa volonté de faire avancer la connaissance et de la transmettre. Axé sur la transmission et la sensibilisation, le parcours tente succinctement de retracer un siècle d’exploit, de science et d’aventures humaines ou animales.

Le lieu a été choisi pour sa résonance avec l’esprit de National Geographic. En effet, le Jardin des Plantes, cœur historique du Muséum national d’Histoire naturelle, fait le lien depuis sa création entre recherche, enseignement, collections et diffusion des savoirs au plus grand nombre.

La nef de la Galerie de minéralogie, au décor exceptionnel, ouvre ses portes aux légendaires photos du magazine. L’espace de 100 mètres de long, ornée de colonnes corinthiennes et baigné de lumière, a été agencé (trop) sobrement et le caractère du lieu est en partie dissimulé par des toiles tendues. Néanmoins, les 100 photos que donne à voir cette retrospective, ont été soigneusement sélectionnées et reparties dans la volonté d’offrir un voyage immersif aux visiteurs. Ces clichés sont accompagnés de la projection de 6 vidéos inédites, dont une partie du film de Leonardo DiCaprio. Et on a la surprise de retrouver exposé en milieu de parcours, un bathyscaphe… un engin sous-marin exploité par le Commandant Cousteau!

18762342_10155200356372667_690745198_n

Dans la première partie qui est sur le thème de l’exploration, notamment dans le grand Nord, la scénographie retranscrit une sensation polaire à travers des matières réfléchissantes. Les photographies sont mises en avant et se détachent d’un socle blanc tels des icebergs sur la banquise. Pour d’autres parties, comme celle qui retrace l’exploration des océans avec Cousteau, de l’espace avec Roswell, ou les grandes découvertes comme celle du Machu Pichu, on entre dans un univers sombre. Sur fond noir, les photographies retro-éclairées apparaissent tels des vestiges archéologiques.

Les grands reportages photos, sont rapidement devenu la marque de fabrique du magazine. À force d’invention, de patience et d’audace, les photographes du National Geographic nous dévoilent les beautés et les secrets de la nature comme on ne les avait jamais vus. Observer, étudier, comprendre la vie animale et la défendre. C’est cet engagement qui guide les chercheurs,comme Jane Goodall ou Dian Fossey, soutenus par National Geographic, et qui nous est communiqué dans l’exposition. 

18718190_10155200356982667_1629582789_n

Le Muséum national d’Histoire naturelle et National Geographic inaugurent ainsi la série d’expositions exceptionnelles présentées désormais tous les étés au Jardin des Plantes.

Crédits visuels : MnHn et Victoire Chabert

 

« Une femme douce » : un film brillant, gâché par sa fin [Cannes]
« Good time », des frères Safdie, un film de braquage au ton original [Cannes, compétition]
Victoire Chabert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *