Expos

Immersion fantastique au musée de la Chasse et de la Nature

Immersion fantastique au musée de la Chasse et de la Nature

14 juin 2017 | PAR Victoire Chabert

Avec une programmation culturelle multiforme le musée de la Chasse et de la Nature nous propose une expérience sensationnelle.

Inauguré en 1967 par André Malraux dans l’hôtel de Guénégaud, le musée de la Chasse et de la Nature a été étendu en 2007 à l’hôtel voisin, l’hôtel de Mongelas. Datant respectivement du XVIIe et XVIIIe siècle, ces deux édifices ont été classés « trésors nationaux » par le ministère de la Culture et de la Communication.

vue-generale1 

À la faveur des rénovations, la philosophie du musée s’est modernisée afin de mieux correspondre aux expectatives des publics. Depuis, il expose admirablement le rapport de l’homme à l’animal à travers les âges, de l’Antiquité à nos jours, en s’appuyant sur les 5 000 œuvres exceptionnelles d’art ancien, moderne et contemporain qui composent ses collections. Cette proposition reste fidèle à l’esprit qu’ont souhaité les fondateurs, celui d’une « maison d’amateur d’art » et d’un musée d’émotion.

1643

Conçu comme un belvédère ouvrant sur l’espace sauvage, le musée permet d’appréhender l’animal dans son environnement. Le but étant de surprendre le visiteur en lui faisant (re)découvrir les thématiques de la nature et de la chasse. Le parcours nous invite à vivre une expérience hors du commun, au plus proche des animaux, pour une immersion dans le monde de la forêt en plein cœur de Paris. Salle après salle, tous les sens du visiteur sont sollicités et sa curiosité piqué au vif. Décontenancé par une muséographie expérimentale, il est amené dans chaque salle à pénétrer dans une atmosphère bien particulière. Le visiteur est convier à prendre part au jeu, celui de la chasse… aux oeuvres et aux informations. Par une scénographie ingénieuse et surprenante les œuvres des collections permanentes sont associées à des animaux naturalisés ou à des éléments d’interprétation. C’est ainsi que peintures, tapisseries, orfèvrerie côtoient photographies et vidéos. Et que céramiques, armes ou trophées répondent à merveille à des installations artistiques éphémères.

chouette

Renouvelées trois à quatre fois par an, les expositions temporaires donnent un éclairage particulier et complémentaire sur les collections permanentes. Si elles contribuent à enrichir la perception du rapport homme-animal, en faisant appel au concours d’artistes contemporains certaines d’entre elles permettent aussi des mises en perspective à la fois historiques et artistiques. La proposition culturelle faite aux publics par le musée de la Chasse et de la Nature est étonnante de profondeur et de réflexion. Elle traduit le souhait de diffuser dans la société les valeurs d’une écologie humaniste et prône une utilisation respectueuses des ressources naturelles.

Visuels : Victoire Chabert

Que s’est-il passé au plus grand salon du jeu vidéo du monde ?
[Live-Report] Une 48e édition inégale pour Art Basel
Victoire Chabert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *