Expos
Faire avec, l’art du collectif d’Eric Baudelaire

Faire avec, l’art du collectif d’Eric Baudelaire

09 janvier 2020 | PAR Laetitia Larralde

Le Centre d’art de Sète présente jusqu’à début février une exposition monographique d’envergure sur le lauréat du prix Marcel Duchamp, Eric Baudelaire. L’occasion d’une réflexion sur création et créateurs.

Le CRAC a offert la totalité de ses espaces à l’artiste qui propose ici plus de 24h de films. Le visiteur est invité à explorer l’exposition en plusieurs fois, à revenir au gré des séances organisées pour chaque film. On choisit son horaire comme au cinéma et on profite de la gratuité du lieu.

Le titre de l’exposition résume à lui seul le principe qui sous-tend les œuvres et leur installation. Faire avec, c’est à la fois travailler, créer avec d’autres, et composer avec le réel, les évènements. Deux mots très banals, mais qui recèlent une quantité d’interprétations et de connexions.

Eric Baudelaire interroge la relation entre l’artiste et son sujet et introduit dès la genèse de son œuvre une intimité avec celui qu’il observe, qui va jusqu’à accorder au sujet un rôle dans la création. Dans Un film dramatique, il donne la parole à un groupe d’élèves du collège Dora Maar de Saint-Denis. Pendant quatre ans, il les a accompagnés dans leur réflexion sur la fabrication de leur film. Comment s’exprimer tout en laissant les autres avoir leur place? Comment créer une œuvre collective qui reflète chacun de ses créateurs? Avec un film à la fois drôle et touchant, Baudelaire et ses jeunes co-auteurs construisent des images qui leur ressemblent et débattent en commun.

Le sujet peut aussi devenir un créateur involontaire. Dans Where are you going, ce sont les membres du parlement britannique et leurs réponses au courrier d’Éric Baudelaire qui composent l’œuvre. Tantôt drôles, tantôt offusquées, ces lettres officielles offrent une mosaïque de regards sur la question du brexit. Les politiciens créent avec Eric Baudelaire, à leur insu. Les premières lettres exposées influenceront-elles les réponses des Lords auxquels Eric Baudelaire n’a pas encore écrit ?

Pour L’Anabase…, l’œuvre s’est créée en suivant les directives de Masao Adachi. Ne pouvant plus quitter le Japon pour des raisons politiques, le cinéaste militant a envoyé Eric Baudelaire au Liban filmer les paysages de son exil à sa place. On retrouve ici une autre façon de faire avec : contourner les obstacles existants pour trouver un autre moyen d’atteindre son but.
Masao Adachi est à l’origine de la théorie du paysage, ou Fukeiron, mise à en pratique dans L’Anabase…, et que l’on retrouve dans le film Also known as jihadi. Cette théorie interroge l’influence de l’environnement sur une personne, comment une vie et ses événements pourraient trouver leurs racines dans le paysage quotidien. De Vitry sur Seine à la frontière syrienne, Eric Baudelaire retrace le parcours d’un jeune homme radicalisé en caméra subjective d’après le dossier de son procès. Ce film s’insère dans Après, une installation composée à partir d’œuvres d’autres artistes. Eric Baudelaire réagence le travail des autres pour questionner le sien, mettant ainsi en résonance une multiplicité de voix sur un même sujet.

On aurait tendance à l’oublier, mais une exposition ne tient pas seulement au travail d’un artiste. Elle est le fruit d’une réflexion, d’un agencement spécifique, d’une rencontre avec un commissaire et un lieu. Le commissaire propose un parcours dans l’œuvre d’un artiste, en collaboration avec celui-ci quand c’est possible, partage sa vision et met en valeur une pratique.
Et enfin, que seraient une œuvre, une exposition, sans public ? Il participe à la vie de l’art, à son passage -ou non- à la postérité, à son intégration dans la mémoire collective. Chaque spectateur aura sa propre interprétation, son propre ressenti. Et certains incorporeront ce qu’ils ont vu dans leur propre travail, toute création étant la somme de nos influences.

Faire avec nous rappelle qu’une œuvre n’est pas un élément isolé, créé ex-nihilo. Elle est le résultat d’un assemblage d’influences, d’idées et de rencontres, et à l’époque des réseaux sociaux, elle est plus que jamais liée au regard des autres. L’artiste, modelé par son environnement, est le catalyseur de son époque.

Eric Baudelaire, Faire avec
Du 9 novembre 2019 au 2 février 2020
CRAC Occitanie / Pyrénées Méditerranée à Sète

Visuels : Exposition Faire avec, Eric Baudelaire. Du 9 novembre 2019 au 2 février 2020 © CRAC OCCITANIE, Sète – Photographe Marc Domage

La suite de la mobilisation des artistes en grève
L’agenda des vernissages de la semaine du 9 janvier
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *