Expos
[Bruxelles] « The Art of the Brick » : l’art à la portée de tous

[Bruxelles] « The Art of the Brick » : l’art à la portée de tous

17 décembre 2013 | PAR La Rédaction

 

Depuis le 22 novembre, la Bourse de Bruxelles accueille l’artiste Nathan Sawaya. L’Américain propose une forme d’art ludique et innovante puisqu’il construit des sculptures à grande échelle en utilisant uniquement des briques du jeu LEGO®. Destinée à un très large public, l’exposition The Art of the Brick propose plus de 60 objets et plus d’un million de LEGO®, répartis sur 1300 m2 de mise en scène.

[rating=4]

Exposition itinérante et innovante, The Art of the Brick a déjà attiré plus de 1,5 million de visiteurs en Amérique du Nord, en Australie et en Asie. Sa venue en Belgique est une première en Europe, et un enjeu majeur pour la Ville qui espère dépasser les 100.000 visiteurs avec cette exposition moderne et artistique. Une ambition pas si démesurée puisqu’en 2011, lors de son lancement, CNN l’a qualifiée comme l’une des dix expositions majeures au monde à ne rater sous aucun prétexte.

Ancien avocat, Nathan Sawaya a d’abord fait des études de droit à l’Université de New York, puis travaillé dans la société juridique Winston & Strawn. En 2001, il décide de changer de vie et de se consacrer entièrement à son art. Un travail obsessionnel et soigneux qui lui permettra de rejoindre pour quelques mois The LEGO Group en 2004, puis d’ouvrir son propre cabinet d’art et d’être enfin reconnu LEGO Certified Professional par The LEGO Group. Se définissant lui-même comme un « block artist », Nathan Sawaya fait sa première exposition en 2009 au Musée d’art de Lancaster à New York.

« Il est difficile de faire le grand saut, de changer de vie. J’ai jadis été avocat. Cette profession n’a rien de mauvais en soi mais j’ai toujours su qu’il y avait un autre moi, qu’un artiste se cachait en mon for intérieur. Et un jour, j’ai décidé de le laisser sortir. Je ne l’ai jamais regretté. » (2009)

Avec Nathan Sawaya, l’art moderne s’ouvre à de nouvelles dimensions, un mode d’expression unique. Fou de jeu de construction, l’artiste a su faire du jeu un Art et de l’Art un jeu. Son obsession est de transformer l’ordinaire en extraordinaire ; à partir de quelques briques de couleur, c’est tout un univers qu’il réinvente. Explorateur du quotidien, c’est de celui-ci qu’il s’inspire, puisant son inspiration partout où ses pas le mènent.

« J’emporte un carnet de croquis partout où je vais. Un grand nombre de mes œuvres porte sur la manière dont s’imbriquent la vie de tous les jours, les gens et les émotions brutes. Je tire mon inspiration de mes propres expériences, des voyages que je fais et des personnes que je rencontre. »

À Bruxelles, la façade de la Bourse impose ses couleurs. Alors que l’ambiance est aux festivités hivernales, un géant de briques ouvre ses entrailles, nous invitant à pénétrer en sa demeure. À l’entrée, adultes et enfants se pressent au guichet. Le public visé est de tout âge, de toutes origines. L’exposition se veut accessible à tous, elle s’adresse à tous. Dès la première salle, l’une des célèbres citations de l’artiste annonce la suite :

« Cette exposition s’adresse à l’enfant qui est en chacun de nous, tout en soulignant des concepts complexes et sophistiqués. J’utilise des LEGO® dans mon art parce que ce jouet est accessible à tous. Il est très probable qu’il n’y ait pas de plaque de marbre ni de four à céramique chez vous. Mais je suis sûr que vous avez quelques briques LEGO®. »
Nathan Sawaya

L’art pour tous ? Et pourquoi pas ?

Dès les premières salles, le désordre apparent rappelle celui d’une chambre d’enfant. Contrairement à ses présentations d’outre-mer, la version belge de The Art of the Brick ne semble pas avoir intégré de mise en scène particulière. Les œuvres exposées sont éparses, et bien que réunies par « espace thème », elles ne disposent pas de mise en valeur particulière. Le style éclectique – néo-Renaissance et Second Empire – du bâtiment contraste étrangement avec le caractère novateur des œuvres qui y sont exposées, le foisonnement d’ornements qui caractérise le lieu cédant difficilement la vedette aux sculptures colorées et minimalistes de l’artiste.

Les créations originales de Nathan Sawaya côtoient ses reproductions sans distinction particulière ; un néophyte s’y tromperait presque. Seuls de discrets encarts permettent de relier l’œuvre originale à l’interprétation proposée, rappelant le visuel et le contexte de cette première. Ainsi, La Joconde côtoie une version 3D du Cri d’Evdard Munch, non loin d’une série d’interrogations toutes personnelles de l’artiste sur la forme humaine. Arts classique et contemporain se mêlent en un savant ballet, s’imbriquent comme un jeu.

The Art of the Brick se démarque par son originalité. Parmi les reconstitutions, parfois revisitées, d’œuvres d’art mondialement connues, vous trouverez une grande diversité d’œuvres. Le Sphinx, Le Penseur de Rodin, La Vénus de Milo, Les Époux Arnolfini de Jan van Eyck, un détail de la fresque de Michel-Ange ou encore la célèbre fontaine de Marcel Duchamp ! Des compositions de tous horizons, couvrant un vaste spectre de cultures, de périodes historiques et de matériaux, auxquels l’artiste tente de conférer une profondeur nouvelle.

D’autres œuvres sont des créations totalement inédites

La part belle est laissée au questionnement sur la condition humaine, que l’artiste tente de reproduire sous toutes ses formes. Les corps qui s’enlacent, s’envolent, chutent, s’élèvent ou se mutilent ; la complexité de leur réalisation n’ayant d’égal que celle de leur signification.

« Mon sujet favori est la forme humaine. Une grande partie de mon travail suggère une silhouette en transition. Elle représente la métamorphose dont je fais l’expérience dans ma propre vie. Mes œuvres naissent de mes peurs et de mes réussites, en tant que juriste ou en tant qu’artiste, en tant qu’enfant ou en tant qu’homme. »

Au centre de ses créations originales, Nathan Sawaya a souhaité mettre en valeur Yellow. Imposant buste de briques jaunes, l’homme-brique se déchire, se déverse, se dévoile. Sujette à de nombreuses interprétations, l’œuvre est au centre de l’attention des visiteurs. Sceptiques, les adultes partent dans des considérations philosophiques proches de la métaphysique ; enjoués, les enfants s’imaginent une agonie spectaculaire. L’artiste lui-même s’amuse de ces nombreuses interprétations et nous livre la sienne, bien différente de celles le plus fréquemment évoquées !

« Yellow est probablement mon œuvre la plus connue. Elle a toujours fait l’objet d’une grande attention de la part des adultes et des enfants. Pourquoi ? Je pense que les adultes apprécient surtout l’effet cathartique que peut avoir, sur leur âme, l’ouverture de soi au monde. Et les enfants ? Probablement en raison des boyaux jaunes qui se répandent sur le sol ! Ils trouvent ça cool ! Pour moi, cette œuvre évoque la métamorphose par laquelle je suis passé au fil de mes pérégrinations. »

Quelques mètres plus loin, isolé dans une salle obscure, un squelette de dinosaure T-Rex de 6 mètres de long – constitué de 80.020 briques de LEGO®. Considérée comme l’une des œuvres majeures de l’architecte LEGO®, il est également l’une des attractions préférées des enfants. La tentation est grande, de s’aventurer d’un peu plus près ; mais le danger rôde… Un écriteau précise même qu’à l’instar des Gremlins, mieux vaut ne pas nourrir le tyrannosaure…

Au détour des espaces consacrés, l’absence de mise en scène des œuvres exposées ne se remarque que trop. L’éclairage parfois mal adapté ne laisse pas entrevoir les constructions sous leur vrai jour, telles que les a voulues l’artiste. Seul bémol à l’exposition, ce jeu de matière, de lumière, d’ombre et de couleur si propre à l’artiste, que l’on ne peut retrouver ici. Espérons que ces prémices ne soient que de courte durée et que les commissaires de l’exposition envisagent une évolution dans le mois à venir !

Enfin, spécialement pour l’exposition bruxelloise, Nathan Sawaya a conçu un Manneken-Pis de briques. Surmontant une fontaine, l’enfant s’anime parfois afin d’éteindre ce feu qui n’est plus. Vibrant hommage à la dernière ville d’accueil en date, de l’Art LEGO®.

Avec The Art of the Brick, la ville de Bruxelles s’ouvre à la modernité et propulse le jeu au rang d’Art. Pour mieux comprendre le travail de l’artiste new-yorkais, l’exposition se termine sur une zone de jeu interactive où chacun est libre d’ajouter sa pièce à l’édifice. Construire, déconstruire, déplacer, crayonner ou simplement admirer; tout est permis !

L’exposition bruxelloise n’est peut être pas « à ne manquer sous aucun prétexte », mais les œuvres de Nathan Sawaya sont quant à elles à voir absolument !

Quittons-nous sur ces paroles de l’artiste à l’honneur aujourd’hui, Nathan Swaya :

« L’art rend les hommes meilleurs, l’art est nécessaire pour comprendre le monde et l’art rend les gens heureux. Indéniablement, l’art n’est pas facultatif. »

Marie-Caroline Neau

Informations pratiques
Bourse – Place de la Bourse 1 – 1000 Bruxelles
Du 22 novembre 2013 au 21 avril 2014, tous les jours de 10h00 à 19h30, le mercredi de 10h00 à 21h00. Site : www.expo-artofthebrick.be. Réservations : 070.79.00.70 – web

Visuels :
Photo 1 : © www.expo-artofthebrick.be ; photo 2 : © affiche de l’expo ; photo 3 (l’artiste et son œuvre) : brickartist.com/ ; autres : © Marie-Caroline Neau

Infos pratiques

[Interview] Vitaa, c’est « Ici et Maintenant »
Gagnez 10×2 places pour Boo Williams, Amir Alexander, Charly Delhom, Master Seb au Showcase le 21 décembre 2013
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *