Expos
[Art Basel] Charles Ray & Malevitch au Kunstmuseum

[Art Basel] Charles Ray & Malevitch au Kunstmuseum

17 juin 2014 | PAR Yaël Hirsch

Alors que la foire d’art contemporain de Bâle ouvrait en preview à la presse, ce mardi 17 juin, le musée d’art de la ville (Kunstmuseum) attendait bon nombre d’invités autour de son Rodin central, pour une des fêtes liées à la foire. Quant à ses expositions, elles suivaient la Fondation Beyeler et la Fondation Vitra, dans une exigence de haut niveau : un point papier sur le suprématisme qui a mené Kasimir Malévitch à l’abstraction, et une série de sculptures figuratives joliment scénographies, retraçant la trajectoire de l’artiste américain Charles Ray.

[rating=4]

Tandis que les Franz Marc et les Alexej von Jawlensky majestueux des collections permanentes rafraîchissent toujours autant les yeux des visiteurs de la foire d’art de Bâle, les murs néo-classiques du massif Kunstmuseum de Bâle a concocté cette année deux expositions très exigeantes pour accompagner Art Basel.

A l’entresol, d’abord, une exposition consacrée à Kasimir Malevitch, n’a rien à voir avec celle proposée l’an dernier au Stedelijk d’Amesterdam, puisque sauf quelques grands dessins des années 1910, il s’agit d’une série de petits formats sur papiers très techniques qui illustrent le travail avec le Bauhaus et le passage par le suprématisme avant d’arriver à l’abstraction du fameux « Carré blanc ». « Flottez:! Les libres abysses blancs, l’infini s’étend au-dessous de vous! » clamait l’artiste aux visiteurs de l’exposition Art Abstrait et suprématisme, en 1919. Voici pour la performance et la poésie, le reste est mathématiques et géométrie.

Enfin, au deuxième étage du musée, on est dans l’anti-abstraction, puisque c’est le sculpteur américain Charles Ray (originaire de Chicago) qui est à l’honneur, avec une douzaine de grandes pièces magnifiquement scénographiées dans des enfilades de pièces nues et en bois. Les sculptures représentent toutes des humaines, clocharde allongée sur un banc ou petit garçon jouant avec une grenouille, dans des matières aussi diverses que la terre glaise, l’aluminium ou la fibre de verre. Véritable rétrospective sur dix ans de création (1997-2004), cette exposition se poursuit au musée de l’art présent (Museum fur Gegenwartskunst) voisin.

Un détour intelligent pour les visiteur de Art Basel.

Infos pratiques

Le théâtre passe des planches au petit écran
Du porno à la BD, Katsuni change de vie
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture