Expos

1519-2019 : Blois fête la Renaissance et Leonard de Vinci

1519-2019 : Blois fête la Renaissance et Leonard de Vinci

20 juillet 2019 | PAR Christophe Dard

Une programmation ambitieuse, variée et singulière… le chef-lieu du Loir-et-Cher et son château ne lésinent pas pour proposer de nombreux rendez-vous d’ici la fin de l’année, dans différents sites et pour tous les publics.

 

Alfred Johannot. Henri II, roi de France, Catherine de Médicis et leurs enfants. 1835. Paris, musée du Louvre, département des peintures. Inv. 5451. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / S. Maréchalle

 

1519 marque un tournant dans l’histoire de la Renaissance. La première pierre du château de Chambord est posée, Léonard de Vinci meurt à Amboise tandis que naît la future reine et régente du royaume de France, Catherine de Médicis, grande protectrice des arts. Cinq cent ans plus tard, pour commémorer cette année faste, le Val de Loire, berceau des arts et de l’architecture de la Renaissance en France, se pare de ses plus beaux atours. Blois, demeure des ducs d’Orléans et résidence favorite de sept rois, dix reines de France et de princes en exil, figure en bonne place au cœur de ces festivités. La ville bâtie à flanc de coteau de la Loire, fière de ses trente kilomètres de balades et de ses soixante-cinq monuments historiques, offre de multiples événements autour du patrimoine, de la culture et des sciences.

 

Jan Philipsz. van Bouckhorst. Les Nourrices. Premier tiers du 17ème siècle. Orléans, Musée des Beaux-Arts, inv.1874 © Christophe Camus

 

L’exposition « Enfants de la Renaissance »
Le château royal de Blois est un lieu idéal pour cette exposition reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et proposée jusqu’au 1er septembre 2019. De nombreux enfants, dauphins, futurs princes et princesses y ont grandi. Ainsi, la demeure fut le logis des deux filles de Louis XII et de Anne de Bretagne, la luxueuse garderie des sept enfants de François Ier et de Claude de France, la résidence familiale de Henri II et de Catherine de Médicis puis celle de la descendance tardive de Henri IV et de Marie de Médicis.

 

Portrait présumé d’Henri IV enfant. 2ème moitié du 16ème siècle. Pau, musée national et domaine du château. P84-10-1. © RMN-Grand Palais (château de Pau)/ René-Gabriel Ojéda

 

Enfants de la Renaissance, qui réunit près de 150 œuvres, des peintures, des sculptures en marbre, des faïences, des dessins, des parchemins, des estampes, des gravures, des lettres… est d’autant plus intéressante que le sujet de l’enfance à la Renaissance n’a jamais fait l’objet d’une exposition. Or, dans cette période marquée par une mortalité importante- un enfant sur cinq n’arrive pas à l’âge adulte et la moitié meurt avant ses dix ans- l’image des petits garçons et des petites filles évolue, surtout au sein des familles royales et aisées. Les parents n’hésitent plus à faire représenter leurs progénitures sur leurs portraits, des représentations moins figées que celles d’avant. L’enfant, parfois destiné à prendre très tôt des responsabilités, devient un individu à part entière.

 

Soldat jouet. Quatrième quart du 16ème siècle. Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Âge. CL5144. © RMN-Grand Palais (musée de Cluny- musée national du Moyen-Age)/ Franck Raux

 

De nombreux objets, certains très rares, sont les témoignages précieux et touchants du quotidien des enfants à la Renaissance. Les tenues, le mobilier, les jouets, les livres d’apprentissage, les vaisselles de cuisine, de table… nous plongent cinq siècles en arrière et l’on croit entendre les rires des enfants en train de s’amuser. Si de nombreux jouets sont finalement très proches de ceux de nos jours (les poupées, les billes, les toupies, les sifflets, les dinettes…), certaines pièces sont étonnantes. A l’instar de la tradition de ne jamais révéler avant le baptême le prénom que l’on veut donner au nouveau-né, les superstitions occupent une place importante. Les bracelets, les colliers de protection, les dents de loup ou les branches de corail étaient portés par les nourrissons pour éloigner les « forces obscures » du berceau, comme les maladies, ou, plus prosaïquement, pour lutter contre les douloureuses poussées de dents.

 

Charles Martin, Marie de Médicis et le dauphin Louis. 1603. Blois, château royal. inv. 861.14.3 © Château royal de Blois/ photo F. Lauginie

 


Enfants de la Renaissance
fourmille d’anecdotes. Par exemple, dans les familles royales, les enfants peuvent compter sur 300 personnes à leur service, y compris des profils inattendus tels des ébénistes, des sommeliers et des barbiers. Vous apprendrez également que le futur roi Louis XIII ne prend son premier bain qu’à l’âge de sept ans (!) et que Louise Bourgeois, la sage-femme de la reine Marie de Médicis, n’hésite pas à raconter dans le détail les accouchements.
Après l’exposition, prenez le temps de flâner dans les jardins royaux, 2120 mètres carrés d’arbres, de terrasses, de plantes, de fleurs, de marronniers et de cèdres centenaires… Depuis le balcon panoramique de ces jardins créés par Louis XII et Anne de Bretagne entre 1499 et 1508 puis modifiés au cours du 17ème siècle (ce qui fit dire à Jean de la Fontaine qu’il s’agissait du jardin le « plus parfait qui fut au monde »), la vue est superbe sur la vieille ville de Blois et sur la Loire.

 

En lien avec l’exposition :

Visites guidées : tous les samedis à 15h jusqu’au 31 août/ visites guidées jeune public tous les mercredis à 10h30 jusqu’au 28 août.

Concert : 14 septembre 2019 : les fêtes royales de Catherine de Médicis. 

20 et 21 novembre 2019: Représentations de la pièce de théâtre Noces (de Laura Tirandaz, mise en scène de Virginie Berthier) : En 1572, quelques jours avant le massacre de la Saint-Barthélémy, Marguerite de Valois, la fille de Catherine de Médicis, refuse de laisser son époux Henri de Navarre (futur Henri IV) rejoindre la couche nuptiale.

21 et 22 novembre 2019 : colloque international et interdisciplinaire dédié à Catherine de Médicis et à son œuvre politique et culturelle aux châteaux de Blois et de Chaumont-sur-Loire.

 

Jean Mansel, La Fleur des histoires, f. 1r, la naissance de la Vierge. Dernier tiers du 15ème siècle. Paris, Bibliothèque Nationale de France, Français 297 © BnF

 

Les autres événements au château

Jusqu’à la fin de l’été :
Jusqu’au 29 septembre 2019 : spectacle son et lumière « Ainsi Blois vous est conté » : les quatre façades s’ornent d’effets spéciaux et de projections pour raconter, en douze séquences, l’histoire mouvementée du château. Les effets sonores et les bruitages immersifs plongent le public dans un spectacle unique à 360 degrés. Fabrice Luchini, Pierre Arditi et Robert Hossein prêtent leurs voix sur des textes de Alain Decaux. Jusqu’à fin août à 22h30/ en septembre à 22h.

Jusqu’à la Toussaint :
Escape game géant : en décembre 1588, le roi Henri III prépare l’assassinat du duc de Guise. Le roi confie à une chacun de ses fidèles une partie de son plan et leur demande de garder le secret scellé sous clef.

Du 5 octobre 2019 au 1er mars 2020 : présentation de l’effigie funéraire de Catherine de Médicis, réalisée en 1565 par Girolamo della Robbia. Cette sculpture en marbre, prêté par le musée du Louvre, n’a jamais été terminée et cela reste un mystère. L’œuvre a t-elle été inachevée devant l’effroi de la reine et de sa représentation macabre ou tout simplement par la mort du sculpteur qui a interrompu le travail ?

Du 19 octobre 2019 au 5 janvier 2020 : parcours art contemporain « Rêves de lumière, sculptures interactives »

 

Jean Clouet (d’après), Portrait de Charles d’Angoulême. Après 1523. Orléans, musée des Beaux-Arts, inv. 123 © C. Camus

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
Château royal de Blois :
Ouvert jusqu’au 31 août de 9h à 19h/ du 1er septembre au 3 novembre de 9h à 18h30/ du 4 novembre au 31 mars de 10h à 17h
Fermé le 25 décembre et le 1er janvier

 

Jean Héroard, Journal de la vie active du Roy Louis XIII. Figure d’homme, dessin de la main du petit Louis XIII. Paris, Bibliothèque nationale de France, Français 4022 © BNF

 

Les autres événements à Blois

Maison de la magie jusqu’au 22 septembre : Exposition « Magie et sciences amusantes », sur les cabinets de magie et de physique.                                                                                                      Spectacle « Curiosa- l’atelier de Léonard » : trois à quatre fois par jour, ce spectacle de 30 minutes permet de se replonger dans l’univers de Léonard de Vinci.

Maison de la BD : jusqu’au 31 août : exposition sur la BD Léonard. Imaginé en 1975 par le dessinateur Turk et le scénariste Bib de Groot, Léonard a fait l’objet de 50 albums et d’une série de dessins animés.

La fondation du doute : Jusqu’à mi-août : quatre artistes (Vahan Soghomonian, Matthieu Reynaud, Bertrand Grosol et Jean-Paul Thibeau) sont en résidence pour préparer une performance artistique, la création d’une machine sonore et mobile, en hommage à Leonard de Vinci qui n’était pas qu’un artiste mais aussi un ingénieur.

Escalier Denis-Papin : l’escalier monumental étale la Joconde de Vinci sur ses 124 marches.

Bibliothèque de Blois : jusqu’au 7 septembre : exposition Voyages en Italie. Depuis la Renaissance, l’Europe entière est fascinée par l’Italie. La jeunesse aristocratique y parfait son éducation intellectuelle et artistique et aujourd’hui encore, le voyage en Italie demeure une étape incontournable.

La 22ème édition des rendez-vous de l’histoire : du 9 au 13 octobre, plus de mille intervenants raconteront l’histoire de l’Italie, de l’Antiquité à nos jours.

Colloque dédié à Catherine de Médicis à son œuvre politique et culturelle : les 21, 22 et 23 novembre 2019.

 

Gillot Saint-Evre. Marie Stuart, âgée de treize ans, déclame dans la salle des Caryatides du Louvre. 1835. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon. Inv. MV7079 © RMN-Grand Palais (château de Versailles)/ Gérard Blot

 

Les spectacles :
La potion enchantée : les mercredis 24, 31 juillet et 7 et 14 août à 20h30 : spectacle théâtral et musical très inspiré par la Commedia dell’arte.

La marquise de Noutroye : samedi 27 juillet à 16h et 18h : cette déambulation théâtrale propose de suivre la Marquise de Noutroye dans sa chaise à porteurs et nous replonge au 17ème siècle.

Le dernier songe de Shakespeare : vendredi 2 août à 21h : dans les jardins de l’évêché, cette mise en abîme permet de revivre les pièces du dramaturge anglais.

Pol’occhio- Viva Leonardo da Vinci 2019 : vendredi 30 août à 22h au parc des expositions : dans ce spectacle numérique, les projections sur écrans d’eau de plus de 15 mètres de haut et le spectacle vivant interactif transportent les spectateurs dans un dialogue entre la création numérique et le spectacle vivant.

Christophe Dard

ZZ Top Goin’50 :  Cinq décennies de Hits !
AUTOBIOGRAPHY, l’insipide portrait de Wayne McGregor
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture.Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *