Arts
Designer’s days, entrée en matière(s)

Designer’s days, entrée en matière(s)

31 mai 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Cette année, c’est à la Gaité Lyrique que s’ouvre l’événement design parisien. Foule de designers, journalistes et galeristes s’y pressaient, ambiance hipster et chic avant de sauter dans les voitures du partenaire Audi pour découvrir un bout infime de l’immense parcours.

Introduction

La conseillère de Paris et adjointe au maire de Paris chargée du commerce, de l’artisanat, des professions indépendantes et des métiers d’art, Lyne Cohen Solal est là, fidèle parmi les fidèles pour offrir plus que jamais une déclaration d’amour au design à Paris. « La ville de Paris est flattée de participer à ce grand événement de la vie parisienne ». Elle salue ce lieu qui peine encore à trouver son identité, justement le thème de ces Designer’s Days, « Ce théâtre oublié (… ) remis en état.

Dans un désir que le design se développe encore plus à Paris et dans le Grand Paris en gestation, une centaine de lieux se prêtent au jeu.

Une des grandes nouveautés de cette édition est la participation de lieux qui ne sont pas classiquement dédiés au design. C’est ainsi que la Gaité lyrique, le viaduc des arts, l’atelier de Paris où dock en Seine sont mis en lumière.

Le Design, c’est aujourd’hui 60000 emplois à Paris. Au point que la ville vient de créer un fonds de dotation.

Identité(s), un pluriel nécessaire.

Nous avons choisi cinq lieux emblématiques de la rive droite . Un seul gros coup de coeur : Les ateliers de Paris.

– Sèvres- Cité de la Céramique ( 36 sur le plan )

Premier arrêt dans un voyage dans le temps préservé. Quand on pense design, on pense nouvelles technologies, c’est un tort. Les ateliers fondés par Louis XV ont produit des savoirs toujours transmis. Le designer Sam Baron a souhaité créer des avatars, mix de figures titulaires sur des faïences tout en finesse.

Ministère de la Culture et de la communication-Vitrines du péristyle et la galerie de Valois (29 sur le plan )

L’occasion est belle de passer par le Palais Royal. Le ministère de la culture nous invite à l’occasion de quelques vitrines plutôt ardues sur la place de l’artisan dans la création.

Ateliers de Paris (25 sur le plan)

Dans cet incubateur dédié au développement des entreprises de création dans les secteurs des métiers d’art, de la mode et du design, toutelaculture se sent plus chez elle. Le XXIe siècle est ici plus à l’aise dans une exposition dédiée aux masques, symbole plus qu’il en est d’identités cachées.

Les 18 résidents, tous arts confondus participent. Les vidéos « On ne joue pas à table » de Charlotte Brocard, résonnent avec les douces broderies de Judith Bourdin, Sandra Dufour, et Janaïna Milheiro. On craque sur la robe qui en cache beaucoup sans en avoir l’air de Christine Phung, créatrice de mode.

Les Arts Décoratifs (24 sur le plan )

Une des grandes nouveautés est donc que les musées ont joué le jeu du design Aux arts déco nous faisons une pause Ricard. L’occasion de prendre au sérieux la marque symbole d’apéro dans le sud de la France. Ce qui intéresse l’exposition c’est l’image de la marque installée sur toutes les tables via la promotion sur lieu de vente. On découvre une esthétique propre au jaune des carafes, des cendars et autres glacières. Une plongée rafraîchissante dans 80 ans de communication créative.

– Bibliothèque des Arts Décoratifs (5 sur le plan)

Nous sortons pour entrer de nouveaux dans les Arts Décoratifs côté bibliothèque, divine et envahie par la lumière des Tuileries. Aux murs, une exposition tout à fait pertinente d’une sélection des livres d’Ettore Sottsass.

« Ettore Sottsass ne souhaitait pas qu’on le dise artiste mais architecte, au sens de “celui qui s’occupe des autres”. Dans ses multiples rôles d’architecte, de céramiste, de designer industriel, de photographe, d’essayiste et de théoricien, il a fait volé en éclats la culture du fonctionnalisme avec une profonde ironie. Refusant toujours la logique du marketing, de la mode, de la consommation effrénée, il a tracé de nouvelles voies de collaboration avec le monde de l’industrie, en dessinant des objets destinés à apporter joie, forme et vitalité, comme les objets insolites et impertinents réalisés avec Memphis : “Je pense que le futur ne commence que lorsque le passé a été complètement démantelé, quand sa logique a été réduite en poussière et qu’il n’en reste plus que la nostalgie.”

Memphis Milano, 1984
Memphis Milano, 1984
© DR

Les bons plans

Le Silencio, pendant les designer’s days, accueille les visiteurs du parcours pour des soirées thématiques.

Le nombre de places étant limité, merci d’envoyer un mail avec votre nom et prénom à [email protected] avant 18h la veille pour être mis sur liste le lendemain. Un email de confirmation vous sera adressé.

Et demain ?

Demain vendredi, un petit tour s’imposera rive gauche avec un passage obligé à L’ambassade d’Italie ( 43 sur le plan ), et ce week-end une traversée en bateau jusqu’à Pantin, haut spot du design ( départ en 82 sur le plan ) . Mais au réveil, rendez vous à 9H30 à la station « Front Populaire », dans le prolongement de la ligne 12 (non ouverte au public)-Réservation : www.tourisme93.com/design. Elle est située 42 Rue Des Gardinoux, Aubervilliers, 93300, France, à la limite des communes de Saint-Denis (rue Proudhon) et d’Aubervilliers (rue des Gardinoux)


Rencontre avec Alix de La Forest, la créatrice qui vous permet de composer vous mêmes vos souliers
Festival du film chinois : Le règne des Assasssins, un film d’arts martiaux réjouissant avec la belle Michelle Yeoh
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

3 thoughts on “Designer’s days, entrée en matière(s)”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


    Soutenez Toute La Culture