Design

« Savoir faire Savoir » ou le retour d’Arts & Crafts

« Savoir faire Savoir » ou le retour d’Arts & Crafts

08 juillet 2019 | PAR Cloe Assire

Au premier étage du temple du shopping parisien, sous la célèbre verrière des Galeries Lafayette, est présentée l’exposition « Savoir faire Savoir » du 25 juin au 18 août au sein de la Galerie des Galeries. Le but ? Immerger le visiteur dans un voyage floral permettant la redécouverte des Ateliers de la Maîtrise, maison d’édition de mobilier interne aux Galeries du 40 boulevard Haussmann.

Il semblerait que le répertoire végétal soit inépuisable dans le domaine du design. Avec l’Art Nouveau, l’évocation de la nature avait atteint son paroxysme en étant un véritable art total, en particulier au sein de l’Ecole de Nancy, avec des créateurs comme Emile Gallé ou Louis Majorelle. Suivant cette lignée, l’architecture du grand magasin est une ode à la nature vivante, à ses couleurs, la verrière faisant notamment écho aux nombreux vitraux de ce mouvement. Pour le premier volet de « Savoir Faire Savoir », il fut donc question de réinterpréter encore et encore ce thème, d’interroger ce patrimoine historique et ces références au travers de créations contemporaines. Pour cela, une collaboration s’effectua avec WE DO NOT WORK ALONE qui avait carte blanche pour sélectionner des artistes dont le but fut de confectionner des objets du quotidien. Leur point commun ? Souligner les liens entre l’art et la vie, ce qui n’est pas sans rappeler le mouvement anglais Arts & Crafts. Dans ce cadre, coup de projecteur sur Marion Verboom à l’origine de « Gufo », une station de chargement pour portable qui vient sublimer notre cadre habituel.  

« Gufo » ne laisse en effet pas indifférent. Inscrit dans une problématique liée aux nouveaux usages, cela ne l’empêche pas d’être un objet sculptural, apportant un morceau de nature dans notre habitat ce qui concorde parfaitement avec la démarche artistique de Marion Verboom. Née en 1983, cette designer aime manipuler les matières, créer des formes entre transformation et usage courant, le tout en empruntant autant au registre de l’art qu’à celui des formes naturelles. La station de chargement « Gufo » en est la parfaite illustration. Réalisée en pierre de lave, la notion de végétal est ici évoquée par le biais du lichen suggéré à l’aide d’une superposition d’émaux ce qui a nécessité l’aide de l’Atelier Debuiche et d’Andésite. Le lichen, symboliquement, vient coloniser l’habitat de l’Homme, reprendre sa place initiale sur ce piédestal rocheux pour Smartphones. Vingt exemplaires sont donc à s’arracher pour cette première édition de cette sculpture fonctionnelle, particulièrement atypique, comme pouvait l’être l’œuvre de Daniel Spoerri avec « La douche » !

Retenons également la collaboration réalisée avec des étudiants de différentes licences au sein de l’école d’arts appliqués Duperré à Paris. Présentés dans une salle au plafond miroir, les nombreux motifs végétaux, présentés à la manière d’échantillons, déploient une gamme chromatique variée pour des motifs toujours différents et manipulables par les visiteurs. Ce nouveau répertoire fut dans un second temps décliné sur un ensemble de céramiques, de papiers peints ou encore de textiles. L’ensemble est cohérent et rappelle à quel point la nature est une source d’inspiration inépuisable.

 

L’exposition « Savoir Faire Savoir »  réussit son pari de présenter au public une collection d’objets fonctionnels, à la limite de l’art, tout en rendant hommage au motif végétal par l’intermédiaire des archives des manufactures françaises, rappelant ainsi que le luxe se définit par le savoir-faire. La scénographie, dans ce cadre, immerge totalement le visiteur dans un univers floral sans qu’il se sente étouffée. Des codes anciens et contemporains sont mêlés, le spectateur est d’ailleurs amené à interagir avec l’espace, que ce soit à la librairie ou dans les couloirs liant l’espace où le collage de gommettes colorées est à l’honneur. Une exposition conçue dans les moindres détails, à la manière d’un art total, pour un motif végétal omniprésent.

Visuels : ©2e bureau et ©Cloé Assire

Infos pratiques

Amala Dianor, Filipe Lourenço et Seydou Boro à la Belle Scène Saint Denis
Des « 5es Hurlants » très civilisés, ou quand le cirque montre qu’il sait se mettre en scène
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *