Arts
Casanova se dévoile et nous charme à la BNF

Casanova se dévoile et nous charme à la BNF

14 novembre 2011 | PAR Amelie Terranera

Du 15 novembre 2011 au 19 février 2012, la Bibliothèque nationale de France, qui a acquis en  février 2010 le manuscrit, écrit en français, d’Histoire de ma vie de Giacomo Casanova, consacre une exposition à cette figure mythique de libertin que l’on croit connaître. Casanova, la passion de la liberté relate la construction de cette légende vivante qui rêvait de lumière ainsi que de découvertes intellectuelles et sensorielles. Indéniablement, le charme opère.

La postérité se souvient de ce gentilhomme comme d’un séducteur au physique particulier qui attirait les regards et qui faisait chavirer les cœurs. Seulement, on oublie ses parts d’ombres, ses vices et ses peurs. Il y a en effet deux Casanova, le jeune et bel amuseur, et le vieil homme se sentant abandonné de tous. Il est aisé de déambuler allégrement dans  les pas de cet homme libre et volage qui ne se laissa ni enfermer ni démoraliser :  » Me rappelant les plaisirs que j’eus je me les renouvelle et je ris des peines que j’ai endurées et que je ne sens plus. »

Casanova était « du côté du paraître et de l’instant »

Le visiteur apprend également que Casanova, franc-maçon citadin, érudit survolté, coquin coquet, était un joueur invétéré : l’exposition est pensée comme un jeu de l’oie où chaque case est une étape de la vie du libertin, où chaque étape retrace les aspirations casanoviennes : le plaisir d’aimer, de voyager, de se cultiver au fil de ses rencontres hasardeuses. La pièce centrale de l’exposition Casanova, la passion de la liberté, n’est autre qu’une salle de repas, vide, où la grande tablée surmontée d’un lustre imposant rappelle qu’après le faste d’un festin et les jeux de séduction, la solitude et le vieillissement guettent.

Si sa vie devait être résumée, on emprunterait à l’un de ses contemporains, le titre Le jeu de l’amour et du hasard. Alors que la partie de l’exposition L’éternel voyageur, s’attache à montrer la coquetterie de l’époque à travers des bijoux et des accessoires de toilettes et la courtisanerie régnante, la pièce intitulée Le goût du jeu recèle d’objets ludiques : un jeu de tarot aux personnages bavarois, un jeu de cartes aux enseignes latines, un jeu d’échec… Les manuscrits de Casanova, des tableaux représentants Paris et l’Italie ainsi que des cartographies illustrent ce festif et curieux XVIIIème siècle.

Un insatiable curieux

Celui qui pleura longuement Venise après son départ pour Paris est avide de voyages et d’érudition. Épicurien que rien ne rassasiât. Convaincu d’avoir été guéri par une sorcière dans sa jeunesse, abandonné par une mère saltimbanque, le libertin n’aura de cesse de courir après la célébrité et les célébrités : Rousseau, Haller, Voltaire… Pour symboliser la quête de lumière de Casanova et sa Venise carnavalesque éternelle, de hauts tableaux en forme de petit théâtre d’ombres ponctuent cette exposition. De courtes séquences vocales et vidéos retracent les pensées et l’itinéraire de ce personnage rentré au panthéon des séducteurs et des hommes de lettres du siècle des Lumières.

La devise de Casanova, Sequere Deum, il appartient au hasard de décider, peut se plier à cette exposition : n’hésitez plus à vagabonder aux travers des témoignages de cette époque libertaire qui tentait de faire fi du temps qui passe.

 

Les Nuits Capitales commencent ce soir
Il était une fois en Anatolie, un Nuri Bilge Ceylan aux images superbes mais sans émotion
Amelie Terranera

2 thoughts on “Casanova se dévoile et nous charme à la BNF”

Commentaire(s)

  • Albert Gardin

    Un seule et nécessaire ponctualisation, Casanova ne peut être défini italien mais vénitien. D’abord l’Etat italien était loin de naître et Casanova restera pour cette Italie toujours un inconnu.

    novembre 15, 2011 at 10 h 27 min
  • Amelie Terranera

    Je vous remercie pour cette précision. L’erreur vient d’être corrigée.

    novembre 15, 2011 at 12 h 46 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *