Arts

Alex Katz expose ses danseuses pop art à la galerie Thaddaeus Ropac

Alex Katz expose ses danseuses pop art à la galerie Thaddaeus Ropac

17 octobre 2011 | PAR Liane Masson

Alex Katz, figure du pop art américain né en 1927, s’expose à la galerie Thaddeus Ropac. Du 20 octobre au 19 novembre, l’artiste new-yorkais présente Face the Music, une nouvelle série de toiles sur le thème de la danse. C’est le moment de (re)découvrir un artiste majeur, pourtant rarement exposé en France.

L’exposition vernira le 20 octobre, l’occasion pour le chorégraphe français Hervé Robbe de réaliser une performance dansée avec Johanna Lemarchand sur un thème musical créé par Romain Kronenberg. Une belle entrée en matière dans l’oeuvre d’Alex Katz, qui, dès le début des années 1950, préfigure le mouvement pop art avec des images inspirées des panneaux publicitaires, reprenant le principe de sérialité à travers des portraits libérés de toute forme de psychologie. Il impose rapidement son propre style, en marge de l’actualité contemporaine, et connaît alors une reconnaissance mondiale. Dans les années 1980, avec sa technique du « cool painting », il devient une référence pour toute une génération de jeunes peintres contemporains.

À travers ses tableaux figuratifs, Alex Katz a toujours utilisé un langage presque naïf. Ses modèles –principalement des femmes- sont peints sur des fonds unis comme des icônes de magazines. Sa peinture est lisse, faite d’aplats uniformes. Ses personnages sont sans aspérités. La peinture d’Alex Katz ne dit rien, il ne recherche l’effet de style ni dans la forme ni dans le fond. Quant à cette obsession pour la représentation de la femme, elle n’a rien de l’érotisme qu’ont pu développer dans leurs images ses contemporains tels Tom Wesselmann dont l’esthétique peut parfois rappeler celle de Katz ou encore Yves Klein que l’on connaît pour ses voluptueuses anthropométries. Le thème de l?artiste et de son modèle traverse l’histoire de l’art et trouve une réponse toute en pudeur dans les portraits féminins d’Alex Katz.

Dans les années 1960, Alex Katz collabore avec la compagnie du chorégraphe Paul Taylor pour qui il crée des décors et réalise les portraits des danseurs. En 2010, il revient sur ce thème et réalise des portraits des protagonistes de la scène chorégraphique new yorkaise contemporaine. La série présentée à la galerie Thaddaeus Ropac est constituée de toiles, études à l’huile, cartons et dessins. L’artiste choisit pour ces tableaux un plan américain très classique sur fond noir duquel les figures lumineuses des danseuses se détachent, graciles et gracieuses. De beaux portraits qui plairont sûrement autant aux amateurs de peinture que de danse.

 

La fin annoncée de Breaking Bad
Temps fort du Festival Paris Noir
Liane Masson

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *