Arts
9e édition du Parcours Saint Germain

9e édition du Parcours Saint Germain

10 octobre 2011 | PAR Liane Masson

Le parcours Saint Germain, qui se présente comme « une vitrine sur les acteurs de l’art contemporain » s’associe pour la première fois cette année au programme de la FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain). En suivant le calendrier de cette aventure, le Parcours Saint Germain rend hommage au dynamisme de la scène artistique contemporaine. Cet évènement, qui investit différents lieux du quartier Saint Germain, se déroulera du 18 au 23 octobre.


Il y a une dizaine d’années, le quartier de Saint Germain se voit petit à petit envahi par de nombreuses enseignes de luxe qui font craindre à ses habitants de lui faire perdre son âme . Un mouvement de mobilisation se met en place, porté par le Comité Saint Germain, dont le propriétaire du Café de Flore est à la tête. C’est dans le même esprit de résistance que le Parcours Saint Germain est créé, se proposant d’amener l’art dans ces nouveaux lieux afin de continuer à voir se développer une vie artistique et culturelle dans le quartier. Et même si les boutiques de grandes marques sont utilisées comme vitrines, « ce n’est évidemment pas une manifestation commerciale », précise Charlotte Ardon, la coordinatrice du projet. D’ailleurs, le travail des artistes n’est pas uniquement exposé dans des boutiques de luxe, mais aussi dans des hôtels, des cafés, ou bien en extérieur.

Chaque année, les créateurs sont invités à produire et à présenter leurs oeuvres autour d’une thématique différente. Après les senteurs, les saveurs, les contes, ou encore le son, cette année le Parcours Saint Germain prend le parti de s’exprimer dans le cadre même de l’art contemporain afin d’en dépeindre les jeux et les enjeux. Pour cette 9e édition, la comissaire artistique du parcours, Anne-Pierre d’Albis, a décidé d’associer les collectionneurs à la manifestation, en leur proposant de rédiger une présentation des artistes qu’ils soutiennent régulièrement ou de se faire faire leur portrait sur commande.

Une vingtaine d’artistes français et étrangers sont programmés cette année. Renaud Auguste-Dormeuil expose au Café de Flore une série de portraits étranges, réalisés à partir de photos officielles de grands hommes. Pierre Malphettes présente chez Louis Vuitton une installation composée de néons blancs, Didier Mencoboni accroche chez Arthus Bertrand ses suspensions mobiles colorées, et Eva Jospin dresse chez Sonia Rykiel ses forets de carton. De nombreuses autres oeuvres sont à découvrir, dont certaines aiguisent grandement notre curiosité. C’est le cas du Dîner de Gulliver de Lilian Bourgeat (présenté par JNF Production), qui n’est autre qu’une réplique surdimensionnée d’une table de jardin industrielle. Certains spectateurs seront invités à s’y asseoir en grimpant sur d’immenses chaises pour goûter à un gâteau géant, et deviendront ainsi eux-mêmes les acteurs de cette oeuvre. Autre initiative intrigante, la sculpture en CO2 de Yann Toma exposée à l’Hôtel Lutetia. Bref, vous n’êtes pas au bout de vos surprises…

 

Visuel : Dîner de Gulliver, Lilian Bourgeat, 2007. © Production Agence d’artistes, CCC de Tours. Photo : Stéphane Chevillon.

Mikey Welsh, ancien bassiste de Weezer, est mort
Voyage en Italie à la Maison Européenne de la Photographie
Liane Masson

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *