Actu
Une solution (enfin) trouvée pour les festivals ?

Une solution (enfin) trouvée pour les festivals ?

19 février 2021 | PAR Manon Bonnenfant

Après d’innombrables bouteilles à la mer et appels à l’aide lancés, il semblerait que la Ministre de la Culture ainsi que les différents porte-paroles des festivals soient tombés d’accord : ceux-ci pourront avoir lieu cet été. Mais à quel(s) prix ?

C’est désormais officiel : au sortir d’une visioconférence avec le Syndicat des musiques actuelles, la Ministre de la Culture a confirmé la future tenue des festivals. Seulement, quelques paramètres devront être respectés : jauge de 5000 personnes, uniquement en places assises, port du masque obligatoire… Cette édition 2021 ne sera définitivement pas de tout repos, comme en témoigne Aurélie Hannedouche, déléguée du SMA : « On en sait un peu plus pour le cadre général, mais il reste des zones de flou, ce qui est sûr c’est que la saison des festivals 2021 ne sera pas comme les autres ». Une décision et des conditions qui divisent et interrogent beaucoup, notamment les très grands festivals qui accueillent chaque année des centaines de milliers de festivaliers (Rock en Seine, les Vieilles Charrues, le Hellfest…). Une telle jauge aussi réduite est-elle réalisable ? Comment organiser les allées et venues en toute sécurité ? Les contrôles de test PCR négatif à l’entrée ? Sans parler de la (non) rentabilité… 

Si ces interrogations subsistent, l’heure est toutefois à l’espoir et à l’ « adaptabilité ». Le directeur des Vieilles Charrues Jérôme Tréhorel  a déclaré : « Je craignais beaucoup qu’il n’y ait pas d’annonce du tout ou que les festivals d’été soient interdits. Aux Vieilles Charrues, on s’adaptera. Ce ne sera pas un été silencieux à Carhaix (commune bretonne où se déroule le festival), ce sera l’été des retrouvailles ». Les plus « petits » festivals ne sont pas mieux lotis : avec presque 130 000 festivaliers pour les Eurockéennes de Belfort, 95 000 pour le Cabaret-Vert de Charleville-Mézières ou encore 15 000 à Rencontres et Racines d’Audincourt, cette jauge est dérisoire et (très) difficilement viable. La configuration assise n’arrange pas les choses, de tels évènements brassant chaque jours des milliers de personnes. Sans compter certains styles de musique dont on imagine mal apprécier tout en restant sagement assis à même la pelouse (et les scoliotiques en frissonnent déjà d’angoisse). 

Si les organisateurs de tous les festivals de France accueillent cette nouvelle d’un goût aigre-doux, la place est dorénavant faite à l’innovation : proposer quelque chose de nouveau, différent, qui puisse satisfaire chaque acteur du milieu et ainsi éviter une pléthore d’annulations. Des précisions sont attendues dans les prochaines semaines.

Visuel : photographie de Pierre-Lou Quillard

Agenda du week-end du 20 février
L’édition 2021 du Hellfest est annulée !
Manon Bonnenfant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture