Actu
Spike Lee, président du Festival de Cannes : « Camerica » First

Spike Lee, président du Festival de Cannes : « Camerica » First

14 janvier 2020 | PAR Hortense Milléquant

Vingt-quatre heures après les nominations aux Oscars, le nom tant attendu du président de ce festival de cinéma international vient d’être annoncé.

C’est officiel ! Spike Lee sera le président du jury du 73e Festival de Cannes. Les organisateurs ont annoncé leur décision, ce mardi 14 janvier. Si le jury a déjà accueilli des artistes noirs, tels que Ava DuVernay ou Will Smith, il s’agit du premier homme noir à occuper cette fonction.

Interrogé, le cinéaste de 62 ans, militant pour la cause noire, raconte que : « Quand on m’a appelé pour devenir président du jury (…), je n’en suis pas revenu, j’étais à la fois heureux, surpris et fier ». Il se dit aussi « honoré d’être la première personne de la diaspora africaine » à tenir ce rôle.
Pour rappel, il avait annoncé à la presse avoir découvert tardivement ses origines camerounaises grâce à des tests ADN.
Artiste engagé et identitaire noir revendiqué, Spike Lee milite pour la discrimination positive et a notamment demandé des quotas aux Oscars en 2016, lorsque la polémique pointait le manque de diversité dans les nominations.

Le Festival de Cannes l’avait déjà mis à l’honneur, en 2018, lorsque le réalisateur reçoit le Grand Prix pour son film l’histoire vraie d’un Noir infiltré au sein du Ku Klux Klan : BlackkKlansman : J’ai infiltré le Ku Klux Klan.
Une consécration pour celui qui, en 1986, est venu présenter à la Quinzaine des Réalisateurs son premier long-métrage : Nola Darling n’en fait qu’à sa tête. Ce petit film tourné en noir et blanc racontant l’histoire les amours compliquées d’une jeune femme noire, remporte cette année-là le Prix de la Jeunesse.
Et trois ans plus tard, le voilà pour la première fois en compétition officielle avec Do The Right Thing, film se déroulant à Brooklyn.

Spike Lee sera bien accueilli sur la Croisette : Pierre Lescure et Thierry Frémaux clament que « Le regard de Spike Lee est plus que jamais précieux ». Les organisateurs du Festival sont donc ravis.
Rendez-vous mi-avril pour connaître les noms de l’ensemble du jury. Ensemble, ils auront pour mission de désigner le successeur du film sud-coréen Parasite, Palme d’or 2019.

Visuel : © Affiche BlackkKlansman : J’ai infiltré le Ku Klux Klan.

La géographie du totem de Fabien Verschaere au centre de création contemporaine Olivier Debré à Tours
« Système K », de Renaud Barret : Kinshasa comme espace d’exposition « sans murs ni curateurs »
Hortense Milléquant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *