Actu

« Sick Motherfucker » : Asia Argento attaque violemment Franz-Olivier Giesbert pour ses propos sur l’affaire Weinstein

« Sick Motherfucker » : Asia Argento attaque violemment Franz-Olivier Giesbert pour ses propos sur l’affaire Weinstein

30 mai 2018 | PAR Aurore Garot

Sur la plateau de l’émission « les Terriens du dimanche » (C8) dimanche 27 mai, Franz-Olivier Giesbert s’en est pris aux actrices accusant de harcèlement sexuel ou viol le producteur américain lors d’un débat sur l’affaire Weinstein. Ses propos ont provoqué la colère de l’actrice italienne Asia Argento et de la secrétaire d’Etat générale chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa.

sans-titre

cliquez sur l’image pour voir la vidéo complète

« Quelle hypocrisie ! » s’exclame Franz-Olivier Giesbert vis-à-vis des actrices ayant avoué avoir été violées ou agressées sexuellement par Harvey Weinstein. D’après l’éditorialiste les « grandes actrices qui se présentent comme des femmes crucifiées, qui ont été violées » savaient « très bien pourquoi » le producteur américain les convoquait dans sa chambre d’hôtel, ajoutant que « les femmes, les caissières, violées, persécutées, harcelées » ont été oubliées. « Elles ne sont pas là. Ce sont elles, les belles actrices, qui seraient les victimes », a-t-il déclaré en face de Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, deux jours après l’inculpation d’Harvey Weinstein pour viol et agression sexuelle.

Des propos qui ont fait bondir Asia Argento. L’actrice italienne, qui avait offert un discours choc pendant la cérémonie de clôture du festival de Cannes dans lequel elle déclarait avoir été l’une des victimes du producteur américain, a violemment répondu au chroniqueur. « Toutes les femmes, actrices ou pas, violées par Weinstein ou par d’autres monstres inconnus, sont des survivantes. Alors que les hommes comme vous, Franz-Olivier Giesberg, qui essayent de sauver leur place dans le patriarcat en couvrant de honte les victimes, n’êtes que des enfoirés dégoûtants » a-t-elle répliqué sur Twitter, ajoutant en commentaire « Je pensais que les dinosaures s’étaient éteints il y a 65 millions d’années. »

Marlène Schiappa n’a pas non plus laissé passer les propos de Franz-Olivier Giesbert pendant l’émission, l’accusant de vouloir rendre la victime fautive du viol. « Je ne peux pas vous laisser dire ça parce que c’est la rhétorique qui vise à inverser la responsabilité, à dire que la victime sait ce qui va lui arriver. Si les femmes s’étaient dit « Je vais aller dans cette pièce et je vais être violée« , elles n’y seraient pas allées. Il y a des femmes qui considèrent que les hommes en général sont des gens bien et que s’ils leur donnent un rendez-vous de travail, ce n’est pas pour les violer« .

« Je n’ai jamais essayé de faire honte aux victimes, bien au contraire. Toutes les victimes sont égales dans leurs valeurs. Ne vous en déplaise, j’ai simplement commis l’erreur de dire qu’il fallait penser aux autres, aux inconnues, aux oubliées, aux offensées », s’est justifié le chroniqueur au magazine Closer, après avoir été alerté de la polémique sur le réseau social.

Visuel : capture d’écran de l’émission « Les Terriens du dimanche »

« Plaire, aimer, courir vite » Bouleversant récit d’un dernier et éphémère amour
Architecture et Humanité les permanentes de la MEP percutent
Aurore Garot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *