Actu

Les Pussy Riot protestent contre l’incarcération des prisonniers politiques à la Trump Tower

Les Pussy Riot protestent contre l’incarcération des prisonniers politiques à la Trump Tower

26 octobre 2017 | PAR Sarah Reiffers

Les Pussy Riot, groupe de punk-rock féministe russe, ont protesté lundi dernier contre l’incarcération des prisonniers politiques par la police russe à la Trump Tower.

C’est à la Trump Tower, New-York, que les Pussy Riot ont mené lundi dernier une protestation contre l’incarcération de deux prisonniers politiques, les Ukrainiens Oleg Sentsov et Olexandr Kolchenko, arrêtés par la police russe en 2014. Vêtues de leurs traditionnelles cagoules colorées, les militantes ont déroulé une immense banderole sur laquelle on pouvait lire «Libérez Sentsov».  La Trump Tower étant en partie ouverte au public, elles n’ont pas été arrêtées.

Oleg Sentsov, réalisateur et producteur de cinéma, est l’un des quatre citoyens ukrainiens arrêtés en mai 2014 par le Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB) pour «préparation d’actes terroristes». Ses avocats, et une grande partie de l’opinion publique, ont à l’époque dénoncé une arrestation effectuée dans le but de mettre fin, selon eux, aux critiques de Sentsov à l’égard des actions militaires russes en Crimée. Le cinéaste s’était engagé dans plusieurs mouvement de protestation, dont Euromaïdan et AutoMaidan. Il a été condamné à vingt ans de prison.

«Il y a encore des centaines de prisonniers politiques derrière les barreaux qui attendent votre soutien», ont expliqué les Pussy Riot sur leur page Facebook. «Défendre les prisonniers politiques est une action qui transcende les frontières. Nous actons en solidarité contre les chefs d’états comme Poutine, qui a fait preuve de force autoritaire, et Trump, qui affiche des tendances autoritaires – parce que nous devons tous nous battre ensemble au nom des dissidents partout dans le monde».

Le groupe s’était fait remarquer dès sa création en 2011, lors de l’organisation à Moscou de performances artistiques non autorisées pour promouvoir les droits des femmes en Russie. A noter, une exposition retraçant leur histoire sera à découvrir à la Saatchi Gallery de Londres du 14 novembre au 24 décembre.

Visuel: Wikimedia

 

 

« Interview » : réflexion scénique sur les interviews d’aujourd’hui
Le Salon du Chocolat fait son come back à Paris
Sarah Reiffers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *