Politique culturelle

Remise du rapport issu de la réflexion sur les aides à la presse

Remise du rapport issu de la réflexion sur les aides à la presse

08 mai 2013 | PAR Marie Pichereau

Le système « Aides » est un fonds d’aide à la presse écrite française mis en place par l’Etat Français en 1942 par Pierre Laval,vice président du conseil, principal acteur de la collaboration avec l’Allemagne. Triste origine…Le but premier des « Aides » étant de favoriser un certain pluralisme du paysage médiatique, donnant ses chances aux nouveaux titres et un choix réel aux lecteurs. Tous les ans un rapport est établi, en fonction duquel ces aides sont redistribuées et accordées à différents supports.

897661-1060799Jeudi 2 mai, un groupe d’experts qui avait été chargé en janvier dernier d’une réflexion approfondie sur ces aides accordées à la presse, ont transmis leurs conclusions à Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication. Le groupe d’experts était animé par Roch-Olivier Maistre et composé entre autres par Françoise Benhamou (spécialiste de l’économie de la culture et des médias), Dominique Antoine et Patrick Eveno (spécialiste de l’histoire des médias). De nombreuses auditions ont été passées conjointement avec des directeurs de journaux, syndicats d’éditeurs, journalistes, diffuseurs de presse et d’agences de presse ou encore administrations, pour que le rapport soit le plus exhaustif possible. Dans ce fameux compte-rendu disponible sur le site du ministère de la Culture et de la Communication, les experts ont dressé le constat que la presse écrite connaissait à ce jour une crise davantage structurelle que conjoncturelle. Cette grosse secousse dite structurelle est arrivée essentiellement avec l’ère numérique et le développement de la presse en ligne et de l’information gratuite. De manière à accompagner la presse écrite dans cette « transition », le bataillon d’experts a proposé dans ce nouveau rapport, différentes séries de propositions.index

En premier lieu, il faut soutenir la profession par un régime uniforme de TVA au taux de 2,1%, contrepartie de la solidarité de la profession dans le cadre de la « loi Bichet » (réglemente la distribution de la presse écrite en France), et aligner le régime de la presse en ligne sur celui de la presse imprimée. L’idée de privilégier les projets d’avenir a été également soulevée. L’innovation et la mutualisation seront mises en avant grâce à l’élargissement et à la réforme du Fonds stratégique pour le développement de la presse et à la mobilisation d’autres instruments publics existants en faveur de ces entreprises.

Dans ces nouvelles propositions on retrouve également le souhait de rendre plus cohérentes les aides à la diffusion en poursuivant la réorganisation de la distribution et en mettant en œuvre et en accentuant les décisions des autorités de régulation en faveur des diffuseurs. Il faut aussi recentrer l’aide au transport postal de la presse, à l’issue des accords liant l’État, la presse et La Poste jusqu’en 2015, et en réformant l’aide au portage au bénéfice du portage mutualisé, tout en veillant à la situation sociale des porteurs. Enfin la dernière proposition était centrée sur la rénovation de la gouvernance des aides, en étendant la contractualisation, la transparence, le contrôle et l’évaluation.

Avec ce rapport et conformément à l’engagement pris par le Président de la République en janvier dernier, le Gouvernement présentera ses propositions de réforme au début du mois de juin. Les différents acteurs de la presse écrite pourront, d’ici cette date, faire état de leurs réactions auprès de la direction générale des médias et industries culturelles.
Visuels : © capture d’écran.

« Umusuna », la compagnie Sankai Juku nous emmène dans les entrailles du monde
Gagnez 3 dvds de « De l’autre côté du périph' »
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *