Politique culturelle
Le Puy du fou autorisé : un choix très critiqué

Le Puy du fou autorisé : un choix très critiqué

27 mai 2020 | PAR Zeliechloe

Les jardins municipaux interdits, les festivals annulés, les  terrasses fermés et les théâtres clôts pour une durée encore indéterminé. L’autorisation présidentiel pour la réouverture du Puy du fou, fondé par Philippe de Villiers ne plait pas à tous. 

Alors que la vie reprend doucement son cours, que la possibilité d’un reconfinement n’a pas été complètement écartée, Philippe de Villiers a annoncé le 20 mai sur twitter la réouverture du Puy du fou grâce à un soutien présidentiel. Cette décision politique a été très mal accueillie par le milieu de culture, indigné par ce favoritisme.

Philippe de Villiers est le créateur du parc mais aussi un haut fonctionnaire, écrivain et homme politique connu pour sa politique d’extrême droite et ses idées souverainistes C’est un « proche » du président Macron, ils ne s’accordent pas sur leurs idées politiques mais les deux hommes n’ont pas de différents notables.  C’est d’ailleurs en 2016 lors d’un voyage au Puy du fou en tant que ministre de l’économie que Emmanuel Macron a posé les premières pierres de sa campagne présidentielle. Le choix de soutenir jusqu’en conseil de défense la réouverture de ce parc n’est donc pas neutre.

L’ancien sous-préfet de Vendée et ex- secrétaire d’état à la culture n’a cessé de réclamer la réouverture de son parc auprès du président. Edouard Philippe était contre, il s’opposait à donner une réponse positive aussi rapidement. Philippe de Villiers c’est alors exclamé sur les réseaux sociaux que le premier ministre voulait « l’euthanasier » et que ce dernier s’opposait à la parole présidentielle. 

Une enquête du journal Le Monde révèle la pression exercée par le fondateur du parc pour obtenir gain. Le président a mobilisé son conseil de défense pour plaider la réouverture du parc et ainsi répondre à la demande de son pair. Cette annonce, alors que les parcs municipaux sont fermés, les restaurants pas encore ouverts et tous les festivals annulés, met en colère la culture et de manière plus globale beaucoup s’indignent face à un choix aussi incompréhensible. 

Eric Labbé, agent de relation presse à Maison Message (agence orienté art et culture), interrogé sur la question avoue  « avoir l’impression d’être le dindon de la farce. Une moquerie de la part du gouvernement, aujourd’hui on a toujours pas le droit de faire des spectacles à plus de 10 personnes et là on parle de réouvrir un parc à 25 milles personnes ? ». Pour lui l’argument du tourisme n’est pas suffisant, « la différence de traitement entre un parc et un théâtre ne s’explique pas d’un point de vue sanitaire ».

« La différence de traitement entre un parc et un théâtre ne s’explique pas d’un point de vue sanitaire ».

Il n’est pas le seul à désapprouver se favoritisme. En quelques heures le #Puydufou est monté sur les réseaux sociaux. Notamment twitter ou les priorités du présidents on fait l’objet d’une vif critique. 

 

 

 

 

visuel: ©Aubin Kady

Adoption de la loi Avia : des questions importantes sur la liberté d’expression
Marc Lainé : « Notre programmation est prête. Et nous allons la maintenir telle que nous l’avons rêvée »
Zeliechloe

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *