Politique culturelle
Le Centre Pompidou part en tournée

Le Centre Pompidou part en tournée

14 octobre 2011 | PAR Clement Fraioli

Le Centre Pompidou a entamé hier, jeudi, un périple à travers la France, qui le verra s’installer dans sept villes d’ici la fin 2013.

L’initiative du Centre Pompidou mobile semble séduisante, autant dans la forme que dans le fond. En effet, 14 œuvres vont voyager de ville en ville, le tout lié par un fil directeur, qui est la couleur. Les visiteurs pourront ainsi admirer, entre autres, des Picasso, Klein, Yaacov Agam ou Niki de Saint Phalle, chacun prenant la couleur comme centre de réflexion. La structure elle-même est colorée (rouge et bleue), se voyant ainsi de loin, et rappelant, selon Patrick Bouchain l’architecte, « le bâtiment parisien conçu en 1972 par Renzo Piano et Richard Rogers ».

Le projet d’Alain Seban, président du Centre, est d’amener la culture au plus grand nombre, y compris à ceux qui ne sont jamais allé au musée, ce qui correspond à près de la moitié de la population. Ainsi, la mobilité de l’exposition permet de rapprocher tout un pan de la population, n’habitant pas les grandes villes, et peu habitué à côtoyer l’art moderne et contemporain; de plus, le thème, large et fédérateur, est un moyen d’attirer les plus réfractaires. En effet, comme l’affirme Emma Lavigne, conservatrice au Centre Pompidou, « la couleur a inspiré les plus grands, mais elle est aussi une porte d’entrée pour les enfants ».

Né en 2007, ce projet de « démocratisation culturelle » a mis du temps à se concrétiser, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, on a craint pour la sécurité des œuvres, ce qu’on a résolu par une surveillance accrue (gardes et vidéo surveillance), et l’utilisation de coffre-forts vitrés pour l’exposition. Dans un second temps, il a fallu trouver des financements, ces derniers étant finalement répartis entre le ministère de la culture, des mécènes (GDF-Suez, la Fondation Total, la Parisienne, le groupe Galeries Lafayette), et les villes participant à l’évènement.

L’inauguration du Centre Pompidou mobile s’est faite hier à Chaumont (Haute-Marne) en la présence de Nicolas Sarkozy, qui en a profité pour affirmer que la culture était « la réponse à la crise », et critiquer par la même occasion la politique culturelle de Martine Aubry.

Après Chaumont, Beaubourg s’installera à Cambrai en février 2012, Boulogne-sur-Mer en mai 2012, Libourne fin 2012, puis, en 2013, au Havre, à Nantes, et à Aubagne.

Naturado : un Après shampoing soin démêlant qui ne tient pas ses promesses
La Dame de fer se refait une beauté
Clement Fraioli

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *