Politique culturelle

La part culturelle du mouvement social israélien : « Le Boulevard Rothschild est un happening artistique permanent »

La part culturelle du mouvement social israélien : « Le Boulevard Rothschild est un happening artistique permanent »

09 août 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Depuis la mi-juillet, les images de tentes plantées sur le boulevard Rothschlid de Tel-Aviv font la Une des médias internationaux. Au lendemain d’un rassemblement monstre qui a vu 300 000 personnes manifester, nous avons demandé à Lionel Choukroun, attaché culturel à  l’Ambassade de France en Israël de nous éclairer sur la place de l’art et des artistes dans le mouvement.

Comment sont nommées ces semaines de manifestations ? Doit-on parler de « Mouvement », de « Révolution », de « Manifestation » ou rien de tout cela  ?

Ce mouvement social s’est construit très rapidement. Il a démarré par une succession de revendications sur le thème de la « justice sociale » et du coût de la vie en général : augmentation du prix des loyers, prix du cottage, ce fromage blanc qui fait figure d’élément de base de l’alimentation des Israéliens, salaire des médecins, employés municipaux. Il a pris une ampleur inédite à la fois par le mode de mobilisation – Facebook y jouant un rôle central – et par le mode d’expression – des tentes installées sur le très chic boulevard Rothschild à Tel Aviv puis dans plusieurs autres villes du pays.

Peut-on  comparer ces dernières trois semaines au célèbre Mai 68 ?

Cette question est sans objet car Israël de l’été 2011 n’est pas la France du printemps 68. Ni dans sa situation politique, ni dans la nature de ce mouvement, ou son mode d’expression.

Les manifestants s’approprient-ils les noms des rues ou les murs ?

Le boulevard Rothschild est le cœur de ce mouvement. On y trouve tout au long des panneaux, stickers, affiches qui jouent avec le nom des rues. Par exemple, le boulevard Rothschild devient « Boulevard si j’étais Rothschild » ou « Boulevard de la punition ». L’allée centrale du Boulevard forme elle-même un « Boulevard des tentes » – avec son côté pair et son côté impair. On trouve aussi un panneau indiquant « Place Tahrir » !

Les artistes prennent-ils position dans les manifestations, ont-ils des revendications spécifiques ?

Les artistes israéliens ont une forte culture de l’engagement politique, à gauche pour la plupart. On a plutôt l’habitude de les voir intervenir sur le conflit israélo-palestinien et moins, comme c’est le cas ici sur les questions sociales. Professionnels ou amateurs, ils sont très nombreux à avoir participé aux manifestations, certains en donnant des concerts, d’autres en écrivant des tribunes dans la presse ou en prenant la parole lors des débats improvisés qui animent le boulevard Rothschild. On peut citer Rita, Yéhudit Razit, Yéhuda Poliker, Shlomi Shabat, Amos Oz ou David Gossmann. Dans un genre plus inattendu, la pop star Ivri Lider a donné un concert dans un « espace culturel » construit pour l’occasion sur le boulevard.

Il y a-t-il des œuvres d’art nées du mouvement ?

Le boulevard Rothschild est un happening artistique permanent : installations vidéo, sculptures, dessins, projections de films, concerts improvisés, ateliers pour les enfants, lectures de textes. Une chose est certaine, c’est un mouvement particulièrement imaginatif et dynamique à l’image de la scène culturelle israélienne.

Visuel  1- Salon de coiffure sur le boulevard

Visuel 2- Le nom du boulevard transformé en  » Si j’étais Rothschild »

« Torches », nouvel album du groupe Foster the People
La piel que habito, l’identité au scalpel de Pedro Almodovar (en salles le 17 août)
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “La part culturelle du mouvement social israélien : « Le Boulevard Rothschild est un happening artistique permanent »”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *