Politique culturelle

La censure chinoise autorise un film narrant l’histoire d’Amour de deux hommes

La censure chinoise autorise un film narrant l’histoire d’Amour de deux hommes

05 septembre 2015 | PAR Hakim Akcha

Bon nombre d’œuvres ont été interdites de projection  en Chine. Pourtant, cette semaine, les autorités ont accepté la diffusion de Seek McCartney, un long métrage traitant de l’Amour homosexuel de Wang Chao. Une nouvelle qui rassure la communauté homosexuelle chinoise mais qu’il faut malgré tout mesurer. 

Alors que la République Populaire de Chine est bien connue pour son puissant système de censure protectrice de la morale, les censeurs viennent d’accepter la diffusion du film de Wang Chao (L’orphelin d’Anyang en 2001 et Voiture de Luxe en 2006), Seek McCartney, basé sur l’histoire d’Amour qu’entretiennent un homme chinois joué par Han Geng et un français interprété par Jérémie Elkaïm. Cela faisait déjà longtemps que le réalisateur, membre des plus importants et célèbres cinéastes indépendants chinois, attendait cette nouvelle.

Une censure « protectrice de la morale ».

Cela va bientôt faire vingt ans que l’homosexualité a été dépénalisé dans la législation chinoise. Pour autant, cette orientation sexuelle est restée jusqu’en 2001 dans la liste des maladies mentales du pays. Quelques années après, le gouvernement chinois a pourtant décidé d’intégrer les images et vidéos explicitement homosexuelles dans les contenus « pornographiques et vulgaires » nécessitant un exil immédiat des cinémas et des télévisions. Décision finalement annulée. Avec le temps, le sort des homosexuel-le-s s’est amélioré mais la pression familiale et sociale restent très fortes dans une société connaissant une hétéronormativité si importante et pesante, ce qu’on  retrouve dans la censure à l’écran.

« Un petit pas pour l’Administration du Film, mais un grand pas pour le monde du cinéma. » 

Depuis quelques années, le gouvernement chinois accepte la diffusion de quelques œuvres présentant des personnages homosexuel-le-s, mais ces derniers ont toujours été des personnages secondaires voire figuratifs. On pense notamment à Nuits d’ivresse printanière (2009) de Lou Ye ou East Palace, West Palace (1996). Pour autant, aucun personnage principal et nulle oeuvre traitant directement de l’homosexualité ne fut, jusqu’alors, autorisée et put passer la censure. C’est en cela que Seek McCartney représente un long-métrage révolutionnant le cinéma indépendant chinois.

« Les règles sont floues ». 

Néanmoins, certains activistes et militants de la cause LGBT mesurent et tempèrent leur enthousiasme. Selon eux « le système chinois d’approbation des films est extrêmement instable, les règles sont très floues. Et au final, tout dépend des caprices des censeurs« . Ainsi, la diffusion du film de Wang Chao n’est en rien révélatrice d’une arrivée soudaine de quelques films traitant de l’homosexualité dans les salles obscures de Chine. Pour autant, ils y voient une opportunité de pousser les cinéastes à traiter tous les sujets possibles.

Visuel : © Affiche officielle du film. 

Box-Office France : 210000 entrées pour Dheepan de Jacques Audiard derrière Hitman Agent 47
[L’Étrange Festival] « La Peau de Bax » : un film à avoir dans le viseur
Hakim Akcha

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *