Politique culturelle
Jacques Rigaud est décédé hier à l’âge de 80 ans.

Jacques Rigaud est décédé hier à l’âge de 80 ans.

10 décembre 2012 | PAR Tatiana Chadenat

L’ancien directeur de cabinet de Jacques Duhamel, Jacques Rigaud, haut fonctionnaire au parcours hors norme et amoureux inconditionnel de la culture s’est éteint hier, à l’âge de 80 ans.

Né en 1932, Jacques Rigaud, successivement diplômé de Sciences Po et de l’ENA, devient auditeur au Conseil d’État à 22 ans. Un parcours qui le pousse très vite à exercer d’éminentes fonctions publiques dans différents domaines : transports, agriculture, culture. Après avoir été conseiller juridique de la Direction des transports terrestres du Ministère des travaux publics de 1961 à 1969, il est appelé par Jacques Duhamel pour intervenir en tant que directeur de cabinet à l’Agriculture et à la Culture sous la présidence de Georges Pompidou.

Grande figure du paysage politique français entre les années 70 et 80, l’homme aux petites lunettes rondes, fut également sous-directeur de l’UNESCO de 1975 à 1978, premier président du Musée d’Orsay en 1981 – endroit qu’il était parvenu à sauvegarder de la destruction prévue initialement par Jacques Duhamel dix ans plus tôt – et membre du conseil de surveillance de Bayard Presse en 1985 dont il a aidé à construire une identité propre. A partir de 1980, il devient PDG de RTL , radio qu’il parvient à maintenir première de France malgré l’ouverture des ondes à la concurrence.

Travailleur infatigable,Jacques Rigaud a toujours mené plusieurs activités de front : de 1964 à 1969 il est commissaire du gouvernement près de l’Assemblée du contentieux du Conseil d’État, puis rapporteur adjoint auprès du Conseil Constitutionnel de 1965 à 1969. Pendant trente ans, il enseigne à l’Institut d’Études Politiques et il est membre du Conseil d’administration de cette école.

Au cours de sa longue carrière, cet ardent défenseur de la culture et du patrimoine, a été membre du Conseil d’administration de l’INA et du Festival de Cannes, directeur  du Fonds régional d’art contemporain d’Aquitaine et président de la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, centre culturel de rencontre grâce auquel il sauvera des monuments à l’abandon (l’abbaye de Fontevraud, la Corderie royale de Rochefort, l’abbaye d’Ardennes…). En 1980 il invente le mécénat d’entreprise avec l’association Admical qu’il préside jusqu’en 2008.

Chargé d’une mission pour une refondation de la politique culturelle française par Philippe Douste-Blazy en 1996, il réaffirme publiquement l’importance de l’éducation artistique et du mécénat dont il fut l’instigateur. Ce passionné de la culture et du théâtre, en avait une vision particulière. Ses ouvrages en témoignent : La culture pour vivre publié en 1975, Libre culture, 1990 et L’Exception culturelle, 1995).

[Live report] Stupeflip au Trianon : trip foutraque et stupéfiant
Marina Abramovic : The Artist Is Present, enfin en salles
Tatiana Chadenat

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *