Politique culturelle

Emilie Delorme : Le conservatoire de Paris élit sa première directrice

Emilie Delorme : Le conservatoire de Paris élit sa première directrice

18 décembre 2019 | PAR Jeremie Laurent

Directrice de l’Académie du Festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence depuis 2009, Emilie Delorme a été élue à la tête du Conservatoire national supérieur de musique et danse de Paris. Elle devient la première femme à atteindre ce poste.

Depuis sa création au XVIIIe siècle, le conservatoire de Paris n’avait vu se succéder au fils des années, que des hommes. Le dernier, Bruno Mantovani, ferme la marche et donne les clés du prestigieux établissement à Emilie Delorme, lyonnaise de 44 ans, bien connue dans le milieu de la musique classique. Après un diplôme d’ingénierie civile des Mines, elle a travaillé pendant trois ans au sein de l’agence IMG Artist à Paris. Alors qu’elle avait été engagée une première fois au Festival d’Aix-en-Provence en 2000, elle décide de rejoindre Bernard Foccroulle au Théâtre Royal de la Monnaie de Bruxelles en 2003. Ce n’est que quatre ans après qu’elle fait son grand retour au Festival d’Aix en étant nommée directrice artistique.

Franck Riester, Ministre de la Culture, a applaudi cette nomination. Dans un communiqué du Ministère de la Culture, il évoque que «par sa très grande connaissance du secteur du spectacle vivant, son action dans le domaine de la formation et son expertise dans l’accompagnement des artistes, Émilie Delorme dispose d’atouts essentiels pour proposer un projet ambitieux pour le Conservatoire ». Bernard Foccroulle l’a aussi soutenue sur Facebook dans une publication le 8 décembre. « J’ai rarement rencontré une telle force de travail, de conviction, d’éthique et de compétence artistique » avait-il annoncé.

Mais la révélation de sa nomination par La Lettre du musicien, revu musicale mensuelle, a entraîné tout de même une critique. Le Point a annoncé dans un de ses articles publié le 3 décembre, reprenant les propos de Radio Classique que c’est « une nomination qui inquiète » en raison de son « idéologie dé-coloniale » et de son « vocabulaire identitaire obsédé par la race ».

Aujourd’hui encore, peu de femmes arrivent à la tête d’institutions culturelles, notamment musicales, en France. Bien qu’il y ait eu une légère progression ces deux dernières années, la direction de ces hauts lieux artistiques est encore majoritairement détenue par des hommes. En 2018, 30% des structures labélisées par le Ministère de la Culture étaient dirigées par des femmes dont seulement 17% dans les institutions de spectacle vivant. La nomination d’Emilie Delorme représente ainsi une belle progression, notamment fasse aux candidats masculins qui dirigent l’Opéra national de Paris ou le Centre national de la Musique.

© Visuel : Piano ( flickr)

« Après la nuit » de Marius Olteanu : plans serrés sur le sentiment amoureux
Eva Zaïcik et Le Consort évoquent les « Héroïnes au bras armé » aux Invalides
Jeremie Laurent

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *