Politique culturelle
Benjamin Stora nommé à la tête de la Cité de l’immigration

Benjamin Stora nommé à la tête de la Cité de l’immigration

04 août 2014 | PAR Carlos Dominguez-Lloret

Le 1er août, par désignation du Premier ministre, Manuel Valls, Benjamin Stora a été nommé président du conseil d’orientation de l’Établissement public du Palais de la Porte Dorée qui réunit le musée de l’histoire de l’Immigration et l’Aquarium de la Porte Dorée. Stora succèdera ainsi à M. Jacques Toubon qui a été nommé le 9 juillet, Défenseur des droits par les commissions des Lois du Sénat et de l’Assamblée.

Benjamin_StoraBenjamin Stora, ayant travaillé très longtemps sur l’immigration, a communiqué à l’AFP qu’il se sent «(…)très heureux d’avoir cette chance. (…) c’est un aboutissement pour moi » . Il a aussi déclaré que: « La Cité de l’immigration est un bel outil qu’il faut inscrire dans le présent. Les leçons du passé s’inscrivent dans le présent. Il est important que la France regarde en face son passé, qui est aussi celui des migrations et qui façonnent la France aujourd’hui.» Selon Stora, l’une de ses priorités « sera de travailler avec l’Éducation nationale, avec les lycéens et les collégiens, pour discuter de ce qu’est la France.»

Né le 2 décembre 1950 à Constantine en Algérie, Benjamin Stora est Professeur des universités. Il enseigne l’histoire du Maghreb contemporain (XIXe et XXe siècles), les guerres de décolonisations, et l’histoire de l’immigration maghrébine en Europe, à l’Université Paris 13 et à l’INALCO (Langues Orientales, Paris). Il a publié une trentaine d’ouvrages, dont les plus connus sont une biographie de Messali Hadj (réédition Hachette Littérature-poche, 2004) ; La gangrène et l’oubli, la mémoire de la guerre d’Algérie (La Découverte, 1991) ; Appelés en guerre d’Algérie (Gallimard, 1997) ; Algérie, la guerre invisible, Ed Presses de Sciences Po (2000).  Il a dirigé avec Mohammed Harbi l’ouvrage collectif, La guerre d’Algérie, aux éditions Robert Laffont (en poche, Hachette Littérature, 2006). Son dernier livre a été, Voyages en postcolonies, Viêt Nam,  Algérie,  Maroc(2012).

Pour Luc Gruson, directeur général de la CNHI: « L’immigration est un sujet qui fait débat. Après la période héroïque de M. Toubon nous souhaitons un scientifique à notre tête.» Selon Le Parisien, les services de Matignon ont aussi déclaré dans un communiqué vendredi soir que « la nomination d’un historien à ce poste constitue un tournant dans l’histoire de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.» Dans le même communiqué Matignon a affirmé que M. Stora « a la responsabilité de donner un nouvel élan à cette belle et importante institution.»

Voir notre interview Benjamin Stora « Je ne pense pas qu’il y ait des interdictions mais il y a des zones d’ombres».

visuel © indif

Le maître du kotèba contemporain, Souleyman Koly est mort
L’agenda culturel de la semaine du 4 août
Carlos Dominguez-Lloret

One thought on “Benjamin Stora nommé à la tête de la Cité de l’immigration”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture