Actu
Paris aime ses kiosques et le crie haut et fort !

Paris aime ses kiosques et le crie haut et fort !

02 avril 2013 | PAR Alice Dubois

Cette année, les kiosques de Paris fêtent leur 150ème anniversaire. En coopération avec Mediakiosk, le délégataire de service public en charge de l’animation et du réseau des kiosques parisiens, la ville a voulu leur rendre hommage en leur dédiant cinq jours de festivités et de rencontres. Parrainée par le Ministère de la culture et de la Communication, cette manifestation est l’occasion de faire (re)découvrir au public l’histoire et l’actualité de ces petites baraques vertes.

kiosques

Petit retour dans le temps

« Paris aime ses kiosques », voici un titre révélateur qui témoigne du lien très fort qui unit la ville de Paris à ses kiosques à journaux. Et la grande histoire ne date pas d’hier. Alors que la Presse se développe dans un XIXème siècle en pleine expansion, les tréteaux fleurissent sur les trottoirs de la Capitale. Souhaitant réorganiser et moderniser la diffusion des journaux, la ville de Paris voit naître le premier kiosque en 1857 sur les Grands Boulevards. Il sera suivi de 60 autres dans les deux années qui suivent. Leurs fonctions ? Moderniser la ville, éclairer les rues et embellir le paysage urbain. Très vite, les kiosques vont faire partie intégrante de la vie quotidienne des Parisiens. Le pari est gagné.

Aujourd’hui, on n’en dénombre pas moins de 400 en Ile de France. Aussi emblématiques que les bus rouges de Londres ou que les taxis jaunes de New-York, ils sont tels nos chers monuments nationaux et font partie de notre patrimoine. Les touristes les photographient, les parisiens en sont fiers.

Des acteurs essentiels pour la diffusion de la presse écrite 

A l’heure actuelle, le réseau des kiosques est le premier réseau de vente de quotidiens dans la capitale : il détenait à lui tout seul 42% des parts de marché en 2012. Vecteurs indispensables à la diffusion de l’information, les kiosques participent très activement au maintient de la presse écrite malgré la crise que le secteur subit depuis plusieurs années. 72% des franciliens affirment regarder les couvertures des journaux et magazines autour des kiosques et une personne sur deux entre pour acheter un des titres qu’elle vient de voir. Selon Jacques Bravo, maire du 9ème arrondissement de Paris et Président de la Commission professionnelle des Kiosquiers, les kiosques sont de véritables « moteurs de la vitalité de la presse. » D’ailleurs, Jean-Paul Abonnenc, Directeur général de Mediakiosk confirme en ajoutant que  « Le premier vendeur de presse à Paris est un kiosque des Champs-Elysées » Parce qu’ils sont au cœur de la ville, qu’ils sont ouverts très tôt, ou très tard, selon les quartiers, les kiosques sont des acteurs essentiels de la vie culturelle urbaine et restent une porte d’accès privilégiée à la presse papier.

Le kiosque, symbole de lien social

Mediakiosk a organisé un grand sondage en amont de l’événement pour questionner les franciliens sur leur vision du kiosque à journaux. Les résultats sont très positifs : 88% des franciliens considèrent que les kiosques font partie intégrante de leur vie de quartier et 67% pensent qu’ils sont le signe d’une bonne qualité de vie. La proximité avec les habitants, les horaires flexibles et souvent, la personnalité du kiosquier favorisent de façon concrète le lien social au sein de la ville. Les habitants y sont très attachés. D’ailleurs, lorsqu’on les interroge sur leurs envies face à ces commerces de proximité, les idées fleurissent : la diversification des produits vendus ou encore la mise en place de la vente de services ont la préférence. Que ce soit de la billetterie culturelle, des timbres poste ou des tickets de métro, tous aimeraient voir l’offre se diversifier. 23% souhaiteraient même que les kiosques assurent un service de conciergerie dans leur quartier !

Les kiosquiers en situation fragile

Malgré le soutien de la municipalité et des habitants, la situation des kiosquiers n’est pas aussi romanesque que l’image qu’ils renvoient. Tout d’abord, le métier est difficile. En travaillant en moyenne 70 heures par semaine, certains kiosquiers ne touchent au final qu’un salaire qui frôle le SMIC. Les conditions climatiques peu favorables en région parisienne ne sont pas pour adoucir leur quotidien. Aussi, la crise de la presse écrite ne les a pas épargnés. En 2012, on remarquait une baisse de 7% de la vente de presse en kiosque. Pour enrayer les difficultés liées aux grèves qui ont touchées le secteur de distribution de la presse en 2010 et 2013, la municipalité a accordé deux subventions exceptionnelles de 200 000 euros chacune à répartir entre les kiosquiers qui en ont été victimes. Mais la situation reste fragile pour certains.

A la mutation incontestable qui s’opère dans la presse d’aujourd’hui s’ajoutent les mutations urbaines inévitables. Selon Lyne Cohen-Solal, adjointe au Maire de Paris chargée du commerce, de l’artisanat, des professions indépendantes et des métiers d’art, « la commercialité des kiosques a changé ». Parce que la ville bouge et qu’elle est « extrêmement sensible aux flux », les kiosques doivent s’adapter. En implantant de  nouveaux kiosques là où de nouveaux flux se créent, la ville espère favoriser un nouvel essor. Parallèlement, Mediakiosk s’appuiera sur les propositions des habitants pour développer et varier les offres proposées. Première nouveauté: une marque de papeterie bientôt en vente et qui sera dévoilée lors de « Paris aime ses kiosques ».

Paris aime ses kiosques : une belle déclaration d’amour

En accès libre, le Parvis de l’Hôtel de ville de Paris accueillera la manifestation gratuite et ouverte à tous. Différents espaces seront proposés au public pour découvrir, s’informer et débattre autour d’expositions et de rencontres thématiques. Des professionnels de la Presse comme Reporters sans frontières, le Clemi (centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information) ou encore l’Institut français de la presse seront présents pour témoigner eux-aussi leur attachement aux kiosques de Paris. Parallèlement, « Fête en kiosque » ira à la rencontre de ceux qui font l’actualité. Dans une vingtaine de kiosques parisiens, les kiosquiers inviteront leurs clients à un rendez-vous privilégié autour d’un éditeur, de journalistes et aussi de personnalités qui viendront parler de la presse.

Un ouvrage dédié intitulé « J’aime mon kiosque » sera mis en vente au profit des kiosquiers : le livre reprendra des extraits de l’exposition, racontera entre autres l’histoire des kiosques et des grandes Unes qui ont fait l’histoire.

Voilà une très jolie manière de soutenir la vie des kiosques à journaux. En rappelant leur histoire et en allant à la rencontre du public, la mairie de Paris nous rappelle toute la richesse et l’importance de ces commerce de proximité pour les populations locales mais aussi pour l’avenir de la presse écrite. Un rendez-vous à ne pas manquer !

 

Paris aime ses kiosques

Du 17 au 21 avril 2013

Parvis de l’Hôtel de Ville de Paris

Site de l’événement : www.pariskiosques2013.fr

Infos pratiques

Cate Blanchett, ou la futur égérie d’Armani …
Fluo : tendance en effervescence
Alice Dubois
Alice a suivi une formation d’historienne et obtenu sa maitrise d'histoire contemporaine à l'université d'Avignon. Parallèlement, elle est élève-comédienne au Conservatoire régional d'art dramatique de la ville. Elle renonce à son DESS de Management interculturel et médiation religieuse à l'IEP d'Aix en Provence et monte à Paris en 2004 pour fonder sa propre compagnie. Intermittente du spectacle, elle navigue entre ses activités de comédienne, ses travaux d'écriture personnels et ses chroniques culturelles pour différents webmagazines. Actuellement, elle travaille sur un projet rock-folk avec son compagnon. Elle rejoint la rédaction de TLC en septembre 2012. Elle écrit pour plusieurs rubriques mais essentiellement sur la Littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture