Actu
Olivier Py : « Ce qui se passe à Avignon ne se passe jamais ailleurs dans le monde »

Olivier Py : « Ce qui se passe à Avignon ne se passe jamais ailleurs dans le monde »

24 juillet 2022 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Ce dimanche 24 juillet, toujours sous une chaleur intense, Olivier Py a réuni la presse et le public pour sa conférence de bilan de la 76e édition du Festival d’Avignon. Il a adressé, dans une lettre très pessimiste et émouvante, ses meilleurs vœux à son successeur, Tiago Rodrigues.

Un succès public

Cette 76e édition se clôt sur un immense succès. Ce sont 47 spectacles qui se sont donnés avec deux grandes avancées : une parité entre les artistes femmes et hommes et une part importante de spectacles internationaux. Il y a eu près de 3000 levers de rideaux qui ont rassemblé 92% de fréquentation autour des 47 spectacles de ce festival. Cette réussite est d’autant plus à saluer que la circulation des artistes internationaux était ardue en raison de la pandémie. Olivier Py nous le disait en interview « Chaque festival est une épopée ». Et cette année a été marquée par les incendies et la canicule, incessante depuis 15 jours désormais.

Une édition tournée vers le futur

« Ce sont les artistes les plus jeunes qui ont recueilli la meilleure réception et je m’en réjouis ». « La ferveur du public est considérable, elle est héroïque souvent ». Olivier Py s’étonne de cette édition « qui aurait dû être marquée par un grand pessimisme et qui pourtant a donné des moments de joie, d’espérance. Des raisons de croire à la beauté qui vient ». Olivier Py le rappelle souvent « Ce qui se passe à Avignon ne se passe jamais ailleurs dans le monde »

8 éditions et 9 années : des grandes évolutions

Pendant ces huit années, plusieurs révolutions ont eu lieu. La première est écologique, le festival a fait sa mutation sur les plateaux et dans les espaces dédiés au public. Le festival est devenu une arène politique, c’est un lieu où on peut s’engager, prendre la parole. Une autre révolution dans les publics. Les spectateurs sont plus jeunes et le public est plus diversifié. Cela est notamment lié à la baisse des tarifs, les billets sont à 10 euros pour les moins de 25 ans. La dernière est sûrement celle à laquelle Olivier Py tient le plus, c’est l’apostrophe dans le festival d’Avignon. Il a re-territorialisé le festival à Avignon. Il a d’ailleurs proposé des spectacles en itinérance pour aller à la rencontre de publics étrangers au théâtre.

Un très grand nombre d’artistes n’étaient jamais venus à Avignon

Nous avons découvert ensemble un très grand nombre d’artistes qui n’étaient jamais venus au festival. La danse s’est développée de façon très diverse : Hofesh Shechter, Israël Galván, Jan Martens, Dimitri Papaioannou, Rocío Molina, Ali Chahrour par exemple n’étaient jamais venus à Avignon. 

Cette étrange conférence de presse, où aucune question n’a pu être posée, était un moment très émouvant qui a permis de rappeler qu’en 10 ans le théâtre a été le moteur et le reflet des grands mouvements de sociétés. Nous avons vu encore plus de diversité aux plateaux, que ce soit une diversité de genre, de couleur de peau, d’age… Dans un émouvant passage de relais, Olivier Py, la gorge serrée a donné comme conseil à Tiago Rodrigues de garder « de la pureté dans (son) cœur » face à tous les mauvais esprits qui rodent sur la direction du Festival. 

Le festival se clôt le 26 juillet avec une affiche magnifique : Olivier Py retrouvera Miss Knife à l’Opéra d’Avignon et ensuite Kae Tempest s’emparera de la Cour d’Honneur pour ce qui sera donc le tout dernier spectacle.

Vous pouvez retrouver la vidéo de la conférence de presse ici

Visuel :  ABN

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à retrouver ici.

L’Inde invitée à 1650 m d’altitude au coeur du Festival Messiaen
Avignon OFF : le langage singulier de “Zourou, Au-delà des mots” 
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture