Actu
Nicolas Hulot, l’homme engagé

Nicolas Hulot, l’homme engagé

27 novembre 2015 | PAR Clémence Charrier

A l’approche de la COP21, nous faisons face à un déferlement d’acteurs écolo, qui tentent tous de se démarquer pour mieux communiquer. Pourtant, certains réussissent mieux que d’autres. Et Nicolas Hulot est de ceux-là. Loin de n’être qu’un visage du combat écologiste, il représente la sincérité et l’universalité de cette cause plus que jamais nécessaire. Portrait.

Si nous avons tous en tête Nicolas Hulot sur le flan d’un volcan, au bord d’un lac, ou entouré de poissons au fin fond de l’océan dans sa célèbre émission Ushuaïa, sa bataille pour faire de l’écologie un combat de tous les jours, et de tous, s’aventure bien plus loin que sa caméra. Mais comment a-t-il pu devenir l’un des portes parole les plus influents du mouvement écologiste ? Pourquoi son message, plus que tant d’autres au sein du même combat, est-il écouté ?

Le propre de ce personnage, c’est qu’il ne se cantonne pas à son seul domaine d’expertise. Nicolas Hulot, avant d’être connu essentiellement pour son rattachement à la cause écolo, a intégré la grande famille des médias, d’où il a pu tirer la force de la parole. Il a également été un conseiller politique auprès des gouvernements, notamment celui de Jacques Chirac dont il a d’ailleurs refusé le poste de ministre de de l’écologie. C’est également lui qui a été à l’origine de l’idée d’inclure une « charte de l’environnement » dans la constitution. Son avis est plus que respecté dans les hautes sphères de la démocratie.

Mais ce qui a surtout donné de la portée à son engagement écologiste, c’est qu’il sait comment s’adresser à tous les publics, et en particulier à la jeunesse, en témoigne la fameuse vidéo «Nicolas Hulot breaks the internet», réalisée en collaboration avec de multiples youtubeurs extrêmement connus de la tranche 12-25 ans, tels que Jérôme Niel, Kemar, Natoo, Bapt et Gaël, ou encore McFly. Des noms qui ne disent peut-être pas grand chose aux adultes, mais qui parlent à la jeunesse. Nicolas Hulot imite ainsi les procédés de ces stars du net, parlant face caméra ou à ses interlocuteurs directs, enchaînant sketch sur sketch, osant même l’autodérision, cet humour qui convainc tout le monde. Tout cela pour diffuser plus largement ses convictions écologistes. Et il touche dans le mile : presque deux millions de vues, et un véritable buzz, notamment grâce aux réseaux sociaux, sur lesquels Nicolas Hulot est d’ailleurs très actif, qui ont relayé la vidéo de très nombreuses fois. A la fin du clip, un lien vers une pétition, qui rassemble aujourd’hui plus de 60 000 signatures, pour inciter les chefs d’état à agir en vue de la COP21. Un vrai coup de maître, puisque de cette façon, il touche un public très réactif, et surtout très influent. Nicolas Hulot, personnage résolument moderne, engagé pour une dame vieille de plus de 4 milliards d’années.

VISUELS : © wikicommons

« Songs for Takashi », le temps des fleurs de Raimund Hoghe
« Ubu & The Truth Commission », un spectacle sombre et exigeant servi avec talent et créativité.
Clémence Charrier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *