Actu
Mort du chanteur Patrick Juvet, icône des années 1970

Mort du chanteur Patrick Juvet, icône des années 1970

02 avril 2021 | PAR Camille Bois Martin

Le soir du jeudi 1er avril 2021, le chanteur, auteur et compositeur suisse Patrick Juvet s’est éteint à son domicile, Barcelone, à l’âge de 70 ans. Avec lui, c’est tout un pan de la musique disco que nous nous remémorons aujourd’hui. 

De La Musica à I Love America 

Né en 1950, Patrick Juvet a suivi une formation de musique classique, entrant au conservatoire de Lausanne dès l’âge de six ans dans la classe de piano. Pourtant, les chansons qui le feront connaître sont bien loin des mélodies classiques de son enfance, même si son premier 45 tours enregistré en 1971, Romantiques pas mortsn’oublie pas le piano qui l’a bercé. L’année suivante est l’année de tous ses succès : il sort en mai 1972 La Musica et compose Le lundi au soleil pour Claude François

En 1978, il part vivre à New-York, transcendant sa musique en un hymne d’amour pour les États-Unis et ses fêtes où le chanteur profite d’une nouvelle liberté (alcoolisée). Succès en Europe et outre-atlantique, Patrick Juvet revient se produire à l’Olympia, au sommet de sa gloire. 

Cheveux blonds et bottes à talons 

Sa voix douce presque androgyne, ses cheveux longs et ses yeux maquillés font de son look une icône des années 1970. Mèches blondes et sourire enjoué, Patrick Juvet dansait et chantait comme il savait en envouter plus d’un(e) ; bisexualité qu’il n’a jamais caché. Alors, quand il raccourcit ses cheveux au début des années 1980 pour s’essayer au rock qui remplace progressivement son cher disco, son album Still Alive puis son suivant en 1982 Rêve Immoraux restent presque silencieux, tandis que le chanteur retourne vivre au domicile familial.  

En 1991, pour son dernier album, il décide de vraiment couper ses mèches blondes : Solitudes donne à entendre un chanteur à la carrière déjà passée, mais au talent toujours aussi présent. Symptôme de son succès, le chanteur continuera, jusqu’à la fin des années 2000, à chanter ses premières chansons qui l’ont rendu célèbre, et publiera même ses mémoires, Les Bleus au cœur, relatant sa carrière et son combat contre la drogue. 

Son agent Yann Ydoux a annoncé son décès hier soir à l’Agence France-Presse, sans en révéler les causes. 

Visuel : ©« File:Patrick Juvet Cannes.jpg » by Georges Biard is licensed under CC BY-SA 3.0

L’Instant lyrique continue à célébrer magnifiquement les artistes à la Salle Gaveau
Agenda du week-end de Pâques
Camille Bois Martin
Étudiante en Master de Journalisme Culturel (Sorbonne Nouvelle)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture