Medias

Satya Nadella à la tête de Microsoft : « Our industry only respects innovation »

Satya Nadella à la tête de Microsoft : « Our industry only respects innovation »

10 février 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Satya Nadella a permis au développement non-matériel d’être intégré par Microsoft. Avec sa nomination en tant que pdg de l’entreprise informatique, il réaffirme son but premier : l’innovation.

Satya NadellaDepuis 2007, Satya Nadella occupait la fonction de vice-président au sein de Microsoft. Diplômé en ingénierie électrique à la Manipal University, en Inde, son pays natal, puis arrivé aux Etats-Unis à vingt ans pour effectuer un Master en informatique à l’Université du Wisconsin, et étudier l’administration des affaires à Chicago, il avait rejoint à 24 ans l’entreprise fondée par Bill Gates. Aujourd’hui, à 46 ans, il en devient le pdg, succédant à Steve Ballmer.

D’abord vice-président de la division Recherche et développement –qui inclut Bing, moteur de recherche de Microsoft- puis de la division Entreprises, il était en charge, depuis 2011, de « Cloud & Entreprise » et, en tant que tel, était un acteur majeur du passage aux services dématérialisés. « Nadella a compris toute la force et l’intérêt que présentait l’Internet –SaaS et « cloud »- pour les clients et s’est donc juré de remuer ciel et terre pour que la division Serveurs et outils pour les entreprises passe à ce nouveau modèle de développement » a déclaré James Staten, de Forrester Research, au journal l’Economic Times de Bombay, en janvier 2014. Courrier International rapporte que « cette division se retrouve désormais en pointe » et « pèse 19 milliards de dollars ».

Le fait qu’il ait occupé des postes divers, et qu’il ait favorisé le passage à la dématérialisation restent très appréciés. De surcroît, sa nomination rend l’Inde fière : le 5 février, le quotidien Times of India a salué « l’usine de talents qui fournit des PDG de dimension mondiale ». Le site L’Expansion  souligne : « L’Inde produit pas moins de 1 million d’ingénieurs par an et est depuis de nombreuses années un des grands pôles de la sous-traitance informatique dans le monde, favorisée par une main-d’œuvre qualifiée et bon marché. »

Au moment où Bill Gates a décidé de quitter son poste de président du conseil d’administration de Microsoft, une nouvelle période s’ouvre pour l’entreprise. D’une curiosité insatiable, Satya Nadella a d’ores et déjà annoncé clairement, dans un mail envoyé en interne aux employés, que l’innovation était son premier but : « We have picked a set of high-value activities as part of our One Microsoft strategy. And with every service and device launch going forward we need to bring more innovation to bear around these scenarios. » A suivre, donc… et sans doute, de façon dématérialisée.

Visuel : © Silicon.fr

[Chronique] « Le Prince » de Mister You : une sincérité qui s’éparpille un peu
[Critique] « Les rayures du zèbre » : le foot, l’Afrique, la Belgique et l’incroyable Poelvoorde
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *