Medias

Mathieu Gallet révoqué par le CSA

Mathieu Gallet révoqué par le CSA

01 février 2018 | PAR Ines Guillemot

Suite à sa condamnation pour « favoritisme » alors qu’il était à la tête de l’INA, Mathieu Gallet est révoqué de ses fonctions de Président de Radio France. Une décision annoncée mercredi 31 janvier par le CSA.

bartek-warzecha

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a statué. Condamné pour « favoritisme » alors qu’il était à la tête de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA), Mathieu Gallet devra renoncer à son poste de Président de Radio France à partir du 1er Mars. Le CSA annonçait mercredi dans un communiqué qu’il lui « retirait son mandat ». Une décision inédite dans l’histoire de l’audiovisuel public.

Françoise Nyssen, qui s’était opposée au maintien de l’ex-président de l’INA à la tête de Radio France, a remercié Mathieu Gallet pour son « engagement » à la tête de l’institution. Elle a réaffirmé son attachement pour « l’exemplarité des dirigeants des entreprises », en particulier dans le service public: « c’est une condition absolue de bonne gouvernance et de légitimité des services publics et des acteurs qui en sont responsables ». Alors, victoire de l’intégrité ?

En tout cas, les pressions du gouvernement auraient eu raison du PDG de Radio France qui, depuis sa condamnation, entretenait des relations conflictuelles avec la Ministre de la Culture. Celle-ci avait ouvertement questionné la légitimité de Mathieu Gallet à la tête de Radio France, en l’appelant à « tirer les conséquences de sa condamnation ». Le CSA a estimé que cette mésentente pourrait nuire au bon fonctionnement du service public:

« Au terme d’un débat collégial, le conseil a pris en compte l’intérêt général et le bon fonctionnement du service public audiovisuel à l’exclusion de toute autre considération. Il a en particulier estimé que pour assurer dans de bonnes conditions la gestion d’une société détenue à 100 % par l’Etat, il importe que les relations d’échange et de dialogue entre les représentants de l’Etat et le président-directeur général de la société soient denses, confiantes et permanentes, dans un contexte de réforme majeure de l’audiovisuel public annoncée par le pouvoir exécutif. »

Visuel: ©Bartek Warzecha

Le Havre-New York en quatre jours
Commémorer Maurras : l’étrange idée du ministère de la Culture
Ines Guillemot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *