Medias

Critique du final de Fringe season 1

17 mai 2009 | PAR Jonathan

Fringe, c’est la nouvelle série de J.J. Abrams. Si si, il s’agit bien du récidiviste des séries phares nourries par les théories des fans, le génie du buzz à qui l’on doit notamment Cloverfield.

Après les services secrets sexy d’Alias et les paumés de Lost, c’est au paranormal que l’homme s’attaque. L’agent Olivia Dunham (Anna Tory) du FBI enquête sur des crimes hors du commun comme celui d’un avion dont tous les passagers sont morts à son atterrissage.
Tous ces crimes sont liés à la « Fringe science », terme utilisé pour regrouper l’étude des maladies rares et peu comprises, des créatures mythiques scientifiquement approuvées, des capacités psychiques comme la télékinésie ou de la téléportation.

Fringe, serie J.J Abrams

Pour aider la blonde Olivia, il a bien entendu fallu réhabiliter l’interné semi-amnésique septuagénaire Walter Bishop (John Noble), scientifique de génie que l’on soupçonne très vite à l’origine des technologies étranges rencontrées sur chacun des dossiers. D’ailleurs, c’est babysitté par son fils Peter (Joshua Jackson – Peacy dans Dawson), le seul arnaqueur diplomé du MIT, que Walter délivre sa très comique mais indispensable performance. C’est à cette occasion que les Bishop se retrouvent après des années. Il se lie alors une relation père-fils hollywoodienne et drôle soutenue par des incohérences sur le souvenir de l’enfance de Peter.

ATTENTION : SPOILERS

Très vite Olivia vient à rencontrer le leader d’un groupe terroriste responsable de ces attaques spectaculaires: le ZFT. Dans la première moitié de la saison 1, notre héroïne comprend qu’au travers de ces attaques et d’un manuscrit dégotté par Peter le groupe prône deux choses :

– La destruction de l’humanité par la technologie.

– L’existence d’un ou plusieurs mondes parallèles et similaires au notre, dont la différence réside dans les choix que nous avons effectués.

Pourtant, ZFT ne fait aucune revendication directe.

Dans la dernière partie de la saison 1, Olivia découvre que ZFT est issue d’investissements importants d’un certain William Bell, qui n’est autre que le PDG de Massive Dynamic, industrie de pointe de technologies prodigieuses, mais également l’ancien binôme de Walter Bishop avant son internement. Les pièces du puzzle se mettent en place !

C’est probablement le dernier épisode de la saison qui fait mouche :
Le chef du ZFT, défiguré par une évasion téléporté spectaculaire qui a tourné au vinaigre, veut absolument passer dans le monde parallèle pour saluer son bienfaiteur Bell avec qui il y a de l’eau dans le gaz. Le mystère tombe : Si Olivia n’a jamais pu rencontrer le patron de Massive Dynamic c’est qu’il n’était simplement plus dans son monde !
Quant à Walter, il se fait la malle avec un albinos chauve toujours présent sur les lieux des crimes et semble lui accorder toute sa confiance. L’homme l’aide en effet à se souvenir où il a planqué l’appareil qui pourra empêcher le leader du ZFT d’aller descendre son ancien camarade : ce sont bien Bell et Bishop qui, à la belle époque, ont découvert l’existence de mondes parallèles et documenté comment passer de l’un à l’autre.
L’enquête d’Olivia l’amène au même point et c’est note joyeux petit groupe, enfin réuni, qui se débarrasse de notre ennemi en fermant le passage entre les deux mondes au moment fatidique, ce qui a pour effet définitif une découpe nette et longitudinale du bonhomme.

fringe-peter

L’action s’estompe pour laisser place au double coup de grâce :

– Walter se rend au cimetière pour rendre hommage à … Peter, décédé d’une maladie à l’âge de 8 ans et qu’il aura alors remplacé par le Peter du monde parallèle. L’incohérence sur l’enfance de Peter prend alors tout son sens et c’est bien la preuve que Fringe est une série réfléchie, construite et riche.

– Massive Dynamic accorde à Olivia un entretien téléphonique avec Bell qui va très vite se transformer en meeting réel : Olivia traverse pour l’autre monde et se retrouve face à William Bell… dans un bureau des tours du World Trade Center.

C’est ainsi que Fringe répond à un grand nombre d’interrogations amenées au cours de la saison, tout en laissant une fin ouverte qui déchaîne les fans :
– Pourquoi ne présente-t-on que deux mondes parallèles, y en a-t-il d’autres ? (La théorie des choix présentée par Walter laisse penser que oui).
– Quels choix ont permis à Peter de ne pas succomber à la maladie, à l’Amérique de protéger son World Trade Center ?
– N’y a-t-il pas d’équivalent à l’effet papillon au voyage entre les mondes ? Walter a-t-il rompu l’équilibre en ramenant Peter ?

– Et bon sang qui est l’albinos photogénique ? !!

La bonne nouvelle, c’est que Fringe est en bonne voie pour être renouvelée !


Fringe Générique Saison 1

Critique du final de Prison Break season 4
Chronique de Cannes : retour des 70’s
Jonathan

2 thoughts on “Critique du final de Fringe season 1”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *