Actu
L’interview confinée de Clément Nouet : « Il est important de conserver le lien avec nos visiteurs »

L’interview confinée de Clément Nouet : « Il est important de conserver le lien avec nos visiteurs »

07 mai 2020 | PAR Laetitia Larralde

Clément Nouet, directeur par intérim du MRAC Occitanie de Sérignan, s’est prêté au jeu de l’interview confinée, entre besoin de préserver les liens et envie de grands espaces.

Comment allez-vous ?
Je vais bien ainsi que mes proches. J’ai le privilège de vivre en famille dans un petit village proche du canal du Midi ce qui rend certainement la situation plus facile à vivre.

Est-ce que vous sortez encore un peu ou bien êtes-vous totalement enfermé?
Je sors très peu, mais bien que confiné, en télétravail, j’essaie de me rendre environ une fois par semaine au Musée régional d’art contemporain Occitanie pour vérifier l’état des œuvres des collections et des expositions temporaires, ainsi que celles des réserves. Etre seul dans le musée est un vrai moment privilégié, et une bouffée d’oxygène !

Quelles sont vos routines culturelles pour diminuer l’angoisse ?
A vrai dire je crois que je n’ai pas de routine, entre s’occuper des enfants, de leurs devoirs et le télétravail, il me reste très peu de temps. Néanmoins j’ai besoin de lire des livres oubliés sur les étagères, certains parfois depuis longtemps, et d’en relire d’autres, surtout des auteurs classiques. Je n’arrive pas à visiter une exposition virtuelle ou regarder la diffusion d’un spectacle sur internet.

Quels projets ont été repoussés ou suspendus ? Jusqu’à quand ?
Comme beaucoup de musées, le calendrier des expositions a dû être entièrement repensé. Les expositions actuelles La mesure du monde et Fata Bromosa consacrée à Abdelkader Benchamma ont été prolongées jusqu’aux Journées européennes du patrimoine. L’exposition d’été Distance Ardente qui se développait dans le cadre de la saison Africa 2020 a été reportée à l’automne. De nombreuses rencontres avec les publics prévues au mois de mai ont été reprogrammées cet été ou tout début septembre, comme la déambulation sonore et poétique d’Abdelkader Benchamma et des musiciens Frank Rabeyrolles et David Lavaysse ou encore les animations scientifiques proposées par le Centre de l’Imaginaire Scientifique et Technique.

Quel est l’impact du confinement sur votre musée ?
Le musée a fermé brusquement le samedi 14 mars au soir, mais toute l’équipe est restée active. Nous avons la chance de pouvoir télétravailler avec des missions à court, moyen et long termes : enrichissement de la base documentaire, travail sur le futur site internet, préparation du futur accrochage des collections de septembre, et nous sommes particulièrement actifs sur les réseaux sociaux.
L’équipe même confinée reste très mobilisée !

Avez-vous mis en place des nouvelles façons de partager les collections et expositions du musée avec le public ?
Comme beaucoup de musées et en lien avec l’initiative nationale du ministère #CultureChezNous, de nombreuses publications sur les réseaux sociaux et le site internet du musée ont mis en avant notre collection et nos expositions proposant des interviews d’artistes, des tutos pour des ateliers, des visites virtuelles. Il est important de conserver le lien avec nos visiteurs et de partager avec nos publics nos missions de démocratisation culturelle.

Pensez-vous que le confinement aura des répercussions sur la création artistique contemporaine ?
Oui ! J’en suis persuadé. Les artistes ont cette capacité de capter les moments forts et en même temps cette situation ne peut qu’exacerber leur sensibilité.

Pour passer à des sujets plus légers, quel est le défaut qui s’est révélé dans les premiers jours du confinement ?
Les premiers jours j’ai eu peur de m’ennuyer ! Je suis quelqu’un de très actif, je n’aime pas rester sans rien faire. Et le confinement m’a effrayé dans ce sens. Mais finalement, mes journées sont très (trop ?!) chargées.

La chose la plus incongrue que vous ayez faite pour vous occuper ?
Fabriquer un sous-marin en carton pour mes enfants.

L’activité que vous avez découverte ?
L’activité que j’ai découverte !! Comment expliquer les additions et les soustractions à une enfant de 6 ans. La méthode depuis les années 80 n’est plus du tout la même !

Quels sont vos espoirs et envies pour l’après confinement ?
J’ai très envie d’aller passer une soirée les pieds dans le sable avec ma famille et mes amis ! (le musée se situe à 5mn de la mer). Plus sérieusement, j’ai espoir qu’on arrive à prendre conscience de la fragilité et de l’équilibre très précaire de notre monde.

visuel : MRAC Occitanie

Ces musiciens qui se filment dans leur confinement (50)
« Parlement », quand France Tv vous emmène au coeur de l’administration de l’Union Européenne
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *